N°109 mondial en décembre 2011, Quentin ROBINOT était alors tout près de rentrer dans le top 100 mondial. En février dernier, il plongeait au 173rang mondial pour finalement terminer l’année 2013 à une séduisante 95e place mondiale. Une progression significative obtenue grâce à son quart de finale à l’Euro 2013 et à deux finales dans les tableaux du moins de 21 ans de l’ITTF World Tour. Rentré de la Grande Finale du Pro-Tour 2013 à Dubaï (éliminé en poule), Quentin est à nouveau au repos pour réparer la rupture partielle du supra-épineux de l’épaule droite. Il existe un doute important quant à sa participation au championnat de France à Mouilleron-le-Captif.

Open du Koweit 2013, le coup derrière le dos face au Biélorusse Kyrill BARABANOV. 2 millions de vues sur Youtube.

Tes récentes performances t’ont permis de rentrer dans le Top 100 mondial…
À la rentrée de septembre j’avais dit à mes parents que si je n’avançais pas au classement, je reprendrais mes études. Je suis rentré dans le Top 100 et j’ai atteint un premier objectif. Maintenant je vais grappiller des points pour voir jusqu’où cela me mène.

Avec le recul, quel regard portes-tu sur ton quart de finale au championnat d’Europe 2013 ?
C’est bien sûr un beau parcours sachant que j’étais parti à Schwechat avec une blessure à la cuisse et que je n’avais pas pu m‘entrainer correctement. Au fur et à mesure des matches, ça allait de mieux en mieux et une dynamique s’est installée. Ensuite, sur les opens d’Allemagne et de Suède, j’ai réussi à enchaîner avec un bon capital confiance. En fait, j’ai capitalisé sur le travail effectué pendant l’été.

Pourtant tu as multiplié les pépins physiques lors du dernier trimestre 2013…
Après le championnat d’Europe j’ai dû m’arrêter pour régler des soucis physiques. Je n’ai pas vraiment pris de vacances cet été et j’étais un peu fatigué. Après l’open de Suède, j’ai aussi coupé quelques jours pour soulager mon épaule. Malgré cela, depuis la fin de l’été, je me sens bien et je donne tout à l’entraînement. Je suis reparti dans une optique de haut niveau.

Open de Suède 2011 : résumé de la victoire sur le Chinois MA Lin

A quoi attribues-tu cette douleur à l’épaule ?
Elle est liée à des modifications dans mon système de jeu car auparavant je ne la sollicitais pas de la même façon. Cela va donc rentrer dans l’ordre.

Tu sembles en effet plus proche de la table, plus agressif…
Les coaches m’ont demandé d’évoluer et j’ai pris conscience, en revoyant mes matches, que je n’arriverais pas à progresser si je ne changeais pas des choses. Je m’entraîne en étant plus présent à la table et cela implique des segments plus courts… et mon épaule n’avait pas l’habitude. Au niveau senior, tous les joueurs sont capables de rivaliser à mi-distance. C’était auparavant ma force et je dois travailler d’autres registres pour être plus efficace.

Open d’Allemagne 2013 : résumé de la finale face au Japonais Masataka MORIZONO

Les autres registres ?
Je suis plus à l’aise en service-remise, je suis capable de mieux m’adapter, par exemple face à un gaucher. Je suis sur la bonne voie et j’espère que cela va continuer.

Les résultats obtenus dans les tableaux du moins de 21 ans ne sont pas retenus pour la Race mise en place en vue du championnat du monde par équipes 2014 au Japon. Es-tu inquiet en vue de cette sélection ?
Je ne veux pas trop penser à la Race. Il faut enchaîner les matches sans se poser trop de questions. Quand je suis éliminé du tableau senior sur un Open du World Tour, je pense à me rattraper en mois de 21 ans. Si mes résultats et mon engagement sont bons, alors la sélection viendra.

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires