Après dix saisons à ravir le public français (à Metz, Pontoise-Cergy et Angers) Panogiotis GIONIS rejoindra bientôt Timo BOLL et Patrick FRANZISKA à Düsseldorf. Médaillé de bronze en simple lors du championnat d’Europe 2013, il est aussi devenu vice-champion d’Europe avec la Grèce. Chirurgien dentiste, le désormais n°28 mondial est un joueur atypique qui alterne la défense et l’attaque, en somme un jeu d’une précision toute… chirurgicale.

Lire aussi l’analyse de notre expert, « l’attaque des défenseurs » par Christophe LEGOÛT

BONUS : le message de Panos à ses fans

Comment as-tu débuté le tennis de table ? J’ai commencé à jouer à l’âge de 9 ans. Un peu par hasard, juste pour voir ce que cela donnait. Je vivais à Athènes et la salle n’était pas loin de chez moi. J’ai aimé ça et j’ai continué. L’année suivante j’intégrais l’équipe nationale.

As-tu immédiatement joué en position de défenseur ? Au début j’étais attaquant. Mais mon entraineur George KIROU, du club du Koronida Galatsiou, était défenseur et il a décidé de me faire défendre aussi car je n’étais pas si bon en attaque. Il a toutefois continué à me faire travailler mon jeu d’attaque en plus de la défense.

Il a agi en visionnaire… Tout jeune, j’étais vraiment plus défenseur qu’attaquant, cela a duré jusqu’à 20-21 ans. En fait mon idole était le défenseur grec, Daniel TSIOKAS (il a porté les couleurs de Cestas), qui était un défenseur plus classique. C’est donc bien plus tard, avec mon entraîneur Nikos CHRISTOPOULOS, que j’ai totalement changé mon style de jeu pour attaquer avec mon coup droit. C’est passé par beaucoup de travail à l’entraînement.

Panagiotis_Gionis_Remy_Gros_15

Ton jeu est devenu plus efficace et en même temps très séduisant… En fait je crois que le public aime le spectacle et passer un bon moment. Évidemment mon objectif est de gagner mais si tu perds et que tu as offert un bon moment aux spectateurs, c’est agréable aussi.

En quoi ton entraînement est-il différent ? Avec de nombreux exercices, je travaille l’attaque et la défense. Avant chaque match en compétition, j’ai besoin de plus d’une heure de préparation. Avec l’expérience, j’ai ma routine et je sais quoi faire pour être prêt.

Et physiquement, comment travailles-tu ? Après les vacances, je réalise une grosse préparation physique. En revanche pendant l’année, avec le programme de compétitions qui est très chargé, j’essaie juste de conserver la forme avec au moins deux longs footings par semaine.

Tu possèdes un top-spin du coup droit bien particulier, quasiment un side-spin permanent. Comment as-tu travaillé ce coup spécial ? Quand j’étais jeune je me souviens que lorsque je faisais des top-spins, j’essayais toujours de réaliser des coups différents, afin que la balle ne soit jamais la même. Je cherchais un truc toujours  plus technique…  J’ai bien fait car je crois que cela m’aide aujourd’hui.

Considères-tu comme nécessaire d’avoir une approche tactique supérieure pour jouer défenseur ? Quand tu es attaquant tu dois faire un truc pour être efficace à la table. Pour mon jeu, je dois réfléchir à comment défendre et commettent attaquer ! Il faut aussi s’adapter aux conditions, notamment dans les grandes salles où tu peux te perdre dans un tel espace.

Avec tes collègues défenseurs du circuit mondial, avez-vous formé un club ? J’ai disputé quelques doubles avec CHEN Weixing et JOO See-yuk mais on ne se connaît pas plus que ça. Je suis plus copain avec le Hongrois Adam PATTANTYUS. J’apprécie de voir les défenseurs gagner bien sûr. J’avais adoré le parcours de JOO à Paris en 2003. Cela démontre que les défenseurs ne sont pas seulement là pour faire le spectacle. Je pense toutefois que c’est difficile d’intégrer le Top 10 mondial car lorsqu’un adversaire joue bien sur défense, alors cela devient vraiment compliqué.

En quoi le fait d’être chirurgien dentiste t’offre plus de sérénité dans le ping, notamment au regard de ta reconversion ? Lorsque j’ai débuté mes études de dentiste, à 19 ans, je m’entraînais une seule fois par jour. À ce moment là je n’imaginais pas que je pourrais devenir professionnel. Mais à la fin de mes études, j’ai décidé d’alterner entre mon activité au cabinet et l’entraînement. Je m’étais donné 2-3 ans pour voir… Lorsque ma carrière sera terminée je pense que je reprendrai mon métier de dentiste. Mais aujourd’hui j’aime le ping et je ne me dis pas que j’ai un métier derrière. Je dois dire que je suis tellement impliqué que je stresse aussi beaucoup. Je veux continuer à jouer au haut niveau et je fais tout pour gagner.

Panagiotis_Gionis_Remy_Gros_19

Mais alors tu n’as pas d’autres loisirs ? Je ne suis pas du genre à rester à la maison à ne rien faire. J’aime passer du temps avec des amis, jouer à la Playstation, jouer au foot, aller au cinéma ou même sortir de temps en temps. J’ai grandi à Athènes mais j’adore aller dans les îles notamment à Zakynthos où ma famille tient un hôtel. J’encourage tout le monde à découvrir Zakynthos (rires).

Le 1er juillet, la balle en plastique sera introduite. Quel est ton avis ? Je pourrai en parler seulement lorsque j’aurai jouer avec. De façon générale, personne n’aime que le matériel change. C’est pareil pour tous les joueurs, défenseurs ou non, mais à mon avis après un ou deux mois, on se sera adapté.

Vice-champion d’Europe par équipes et médaillé de bronze en simple. Le championnat d’Europe 2013 constitue t-il ton meilleur résultat ? Après plusieurs quarts de finale, on a enfin réussi à décrocher une médaille. On s’est beaucoup battu pour ça. Bien sur je suis satisfait de mon parcours en simple mais je considère aussi ma victoire en 1/16e de finale, au championnat du monde 2009 à Yokohama, face à CHUANG Chih-Yuan, comme un grand résultat.

Après dix saisons passées en France, tu retournes en Allemagne… Oui j’avais joué deux ans en Allemagne avant de rejoindre Metz. C’est particulier pour moi car en France j’ai toujours senti que j’étais comme à la maison. Il y a toujours eu de l’amitié et de la confiance autour de moi. C’est difficile de partir.

DHS Europe Cup 2014 à Lausanne : GIONIS – APOLONIA

http://www.youtube.com/watch?v=tDWu1nkLmz8&list=PLIl_mJ3zK7B9NYXfggoDnhuE9XG-OH7Xh&feature=share&index=12 Finale par équipes Championnat d’Europe 2013 à Schwechat : GIONIS – BAUM https://www.youtube.com/watch?v=ebIjPud4vKs&feature=youtu.be

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires