Avec près de 22 000 fans sur Facebook, Natalia PARTYKA a su séduire au delà du tennis de table. Véritable icône dans son pays, la Polonaise est tantôt reconnue comme l’une des plus grandes athlètes paralympiques tantôt comme l’une des meilleures joueuses de sa génération. Née sans avant-bras droit, Natalia est dotée d’une excellente technique qui lui a permis, à seulement 24 ans, de se forger un palmarès déjà bien fourni sur la scène continentale et exceptionnel aux Jeux paralympiques.

LIEBHERR 2013 World Table Tennis Championships,13 May 2013 - 20 May 2013, Paris, FRA

Sacrée championne d’Europe cadette en 2004 à Bratislava, Natalia PARTYKA participait la même année aux Jeux paralympiques d’Athènes. À quelques encablures de l’Acropole, la native de Gdansk décrochait un premier titre paralympique du simple (2e par équipes). Quatre ans auparavant à Sydney, elle était devenue, à seulement onze ans, la plus jeune participante des Jeux paralympiques. Un record qui en appelait d’autres : à Pékin et à Londres, elle a conservé le titre paralympique (classe 10). Surtout, elle est devenue la 2e sportive, toutes disciplines confondues, à participer conjointement aux Jeux paralympiques et olympiques. Si à Pékin, elle avait seulement disputé l’épreuve par équipes (9e), elle a atteint le 3e tour du simple du côté de l’ExCel de Londres (également 9e par équipes). Vice-championne d’Europe par équipes en 2009, elle a aussi remporté plusieurs médailles en double et par équipes.

Natalia PARTYKA évoque son handicap

Gauchère dotée d’un bon top spin des deux côtés et d’une large gamme de services, la jolie Natalia est rentrée dans le Top 50 mondial en mai 2010 et depuis elle n’a plus jamais quitté le Top 100 de l’élite mondiale. Ce début d’année 2014, elle a été distinguée à deux reprises en sa qualité d’athlète et de femme d’exception. Dans le cadre du programme «ITTF Dream Building », elle a été faite ambassadrice de la fédération internationale pour développer le tennis de table. « C‘est un grand honneur pour moi et je suis vraiment fière de participer à ce programme. J’espère que nous pouvons encourager beaucoup de gens partout dans le monde à jouer au tennis de table, espère Natalia. C’est difficile mais cela vaut la peine de tout mettre en œuvre pour réussir. » Quelques semaines après, c’est le comité des Jeux paralympiques (IPC) qui l’a désignait avec six athlètes exceptionnelles. « Je suis un peu surprise d’être nommée à ce prix IPC avec de si grandes femmes. Je suis vraiment heureuse et je sais que maintenant je dois travailler encore plus fort pour prouver que je mérite cette nomination. »

Natalia_Partyka_Remy_Gros_04

Comme souvent, les débuts dans une discipline sportive sont liés à une histoire familiale. Natalia a suivi sa sœur aînée : « Je voulais l’imiter. C’était juste un loisir puis le tennis de table s’est imposé à moi. » C’est bien plus tard, au moment où elle remporta le titre européen cadettes que Natalia pris conscience de sa valeur. « J’avais 15 ans et j’ai alors pensé que peut-être je pourrais devenir forte. J’ai décidé de m’engager plus encore. » Si elle n’oublie pas de dire son admiration pour le parcours et le jeu des grands joueurs polonais, Andrzej GRUBBA et Leszek KUCHARSKY, Natalia a pour modèle les joueuses chinoises. « J’ai toujours voulu jouer comme les Chinoises car ce sont les meilleures. Elles ont la meilleure technique et elles jouent intelligemment. J’aime en particulier GUO Yue qui est aussi gauchère. » En équipe nationale, Natalia a longtemps évolué aux côtés de deux joueuses formées en Chine (Li Qian et XU Jie). « J’ai eu l‘opportunité de jouer et de m’entraîner avec deux Chinoises. J’ai beaucoup appris à leur contact mais aujourd’hui elles ne jouent plus. Et d’admettre que cet atout d’hier est aussi un obstacle : « en effet on doit faire face à des équipes européennes qui ont des Chinoises dans leur rang. C’est difficile mais on n’a pas le choix. »

Natalia PARTYKA s’entraîne sur les bords de la mer baltique, à Gdansk qui abrite le centre national polonais. « Les conditions sont excellentes avec un ensemble de bons joueurs et de partenaires d’entraînement. » Actuellement n°81 mondiale, Natalia croit en ses capacités pour aller plus haut. « Revenir dans le Top 50 est possible mais c’est une question de détails. Je sais ce que je dois améliorer : je dois travailler plus et être concentrée pour aller plus haut et jouer beaucoup mieux. » Et briller encore aux jeux paralympiques ? « J’ai déjà tout gagné. Je dispute les Paralympiques car j’aime jouer et c’est agréable pour moi. Mais bien sûr le plus important reste le circuit professionnel. »

L’anecdote de Christophe LEGOÛT :

Un jour, lors d’un stage régional à Istres, une gamine retient mon attention. Elle joue bien, mais surtout semble dans son élément, s’amuse et ce malgré le regard des autres du à son handicap… Cette jeune joueuse de 10 ans est née avec un seul bras mais la passion qui l’anime semble plus forte que tout.

Je n’hésite pas à venir lui parler de cette joueuse polonaise, Natalia Partyka, qui a le même handicap qu’elle et qui évolue au plus haut-niveau mondial parmi les valides. Je lui propose donc de regarder quelques vidéos sur internet mais également de lui rapporter un DVD de sa nouvelle championne.

Lors du Pro Tour suivant, je vais voir Natalia qui m’écoute avec attention et qui me promet de me préparer un DVD dédicacé compilant plusieurs de ses matchs pour la prochaine étape sur le circuit où nous nous croiserons. Quinze jours plus tard, en Allemagne, au détour de la salle d’échauffement, elle me tend le DVD avec une photo signée qui me permettra bientôt de faire une heureuse…

Revivre la finale paralympique de Londres 2012 :

 

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires