Richard PRAUSE, entraîneur BUTTERFLY, entraîneur en chef de la Werner Schlager Academy, ancien entraîneur de l’équipe nationale d’Allemagne a commenté pour nous les Championnats du monde à Tokyo. Voici sa dernière chronique (et toutes les autres à la suite).

Billet| Lundi 05 mai 2014

La Chine contrôle les éléments

Chine – Allemagne, à mon avis, c’était la finale de rêve. Beaucoup ont aimé penser que l’équilibre des forces avait un peu changé.

La réponse est clairement que la Chine contrôle les éléments.

L’équipe allemande a combattu avec toutes ses forces, mais commençons par le commencement…

Le premier match a mis aux prises Timo BOLL et MA Long. Timo a bien démarré chacun des sets avec beaucoup de variété dans son jeu. Dans la seconde moitié des sets, MA Long est revenu au niveau de Timo notamment grâce à d’excellents retours de services et de gros contre tops. En outre, MA Long a été incroyablement explosif et rapide. Timo a essayé de rendre les choses difficiles à MA Long en allant encore et encore dans son revers avec des balles profondes qui ont mis en diffuclté le Chinois, notamment dans le 2e set. Mais finalement, alors que les deux joueurs étaient très proches,  MA Long s’est imposé 3 sets 0.

Le 2e match ? Dimitrij OVTCHAROV face à ZHANG Jike. Une fois de plus on a pu comprendre pourquoi Dimitrij, outre Timo, est le plus grand challenger des Chinois. La puissance de ses coups est souvent considérée comme identique à celle des Chinois. Plus que cela, il a créé des problèmes à ZHANG Jike avec des coups variés et des placements de balles sur les côtés. Les six premières balles du 1e set appartiennent à la meilleure série que j’ai jamais vu de la part de Dima. Ce fut la base pour la victoire étonnamment limpide de Dima qui signait un 3-0;

Comment la Chine réagira à un partout ?

Les deux jeunes de l’équipe, XU Xin et Patrick FRANZISKA sont alors entrés dans l’aire de jeu. Dès début XU Xin a clairement assumé son statut de favori : il a contrôlé facilement Patrick tout au long du match. Ce dernier a disputé un grand championnat. Ce qu’il a montré en phase de groupes, et encore plus en demi-finale, était duplus haut niveau. Et, à seulement 21 ans, il a encore beaucoup de potentiel.

Dima OVTCHAROV face à MA Long fut malheureusement le dernier match de l’après-midi pour l’équipe allemande. Qui sait comment ce match ce serait achevé si Dimitrij avait continuer à appliquer sa tactique dans le premier set ?

Je pense que MA Long a produit son chef-d’œuvre aujourd’hui. Difficile d’imaginer que l’on puisse jouer mieux que MA Long  dans le dernier set de ce match. Athlétique, qualité de service et de retour, lecture du jeu, coup droit et revers profonds ; tous ces éléments ont été la garantie de la réussite du Chinois.

La Chine et l’Allemagne sont toujours les nations dominantes. Le Japon possède une jeune équipe capable de rivaliser à l’avenir. Derrière, il y a un groupe d’équipes qui peuvent contester cette suprématie, comme Taiwan et la Corée-du-Sud, mais aussi le Portugal et l’Autriche. Des nations toujours prêtes pour créer la surprise.

L’Allemagne continuera à essayer de diminuer encore plus l’écart avec la Chine. Dans le même temps, les autres équipes comme le Japon vont tenter de se rapprocher de l’Allemagne. Un développement régulier et stable ajouté au potentiel individuel sont des facteurs clés et bien sûr croire en ses propres forces …. Parce qu’à un certain moment une série doit prendre fin !

La finale féminine a été à sens unique. La Chine a assis sa domination face au Japon qui a tenu son rang courageusement. C’est une belle réussite pour le pays hôte d’avoir atteint la finale sans sa star Ai FUKUHARA.

Derrière le cavalier seul des Chinois, quelques bonnes surprises sont à noter : la concurrence se resserre vers le haut. La victoire de la Roumanie sur la Corée-du-Sud, la jeune équipe allemande, Britt EERLAND, Sarah DE NUTTE et Andrea TODOROVIC, juste pour rappeler quelques références positives. Quelque chose commence à bouger en Europe … même si la domination asiatique est toujours visible.

J’ai beaucoup apprécié de vous tenir informés depuis Tokyo. Mardi matin, je vais m’envoler vers l’Allemagne avant de rejoindre la Werner Schlager Academy pour et nous remettre au travail.

Merci encore et meilleures salutations de Tokyo,

Sayonara

Richie

Billet| Dimanche 04 mai 2014

Aujourd’hui on commence avec les garçons

Chine – Taiwan fût le premier duel de la journée sur l’aire de jeu principale du Yoyogi Gymnasium à Tokyo. Taiwan, qui a créé la plus grosse surprise de la compétition, a atteint la demi-finale dans le sillage de son leader CHUANG Chih-Yuan avec ses jeunes coéquipiers qui ont gagné en expérience.

Vainqueurs de la Corée du Sud, les Taiwanais n’ont pas réussi à ébranler une Chine beaucoup trop forte. CHUANG Chih-Yuan a disputé le match le plus engagé avec MA Long mais sans remporter le moindre set. ZHANG Jike a battu HUANG Sheng-Sheng 3/1 mais, à l’instar de sa victoire contre Robert GARDOS, il ne pouvait pas contrôler le match autant que l’on aurait pu le prévoir. XU Xin, excellent jusqu’à présent, a dominé CHIEN Chen-an.

Le public est devenu dingue au moment de l’entrée de MIZUTANI & Co face aux Allemands. Avec cette foule enthousiaste derrière eux, les Japonais ont débuté la rencontre avec l’espoir de dominer les Allemands et rejoindre la Chine en finale. Mais les choses se sont passées différemment. Guidé par un Timo BOLL extrêmement concentré, l’Allemagne a réussi à obtenir la victoire 3:1. Les deux points de Timo ajoutés à celui de Patrick FRANZISKA permettent à l’Allemagne d’atteindre la finale pour la troisième fois consécutive.

Je pense que les Japonais avaient mis en place une tactique pour surprendre les Allemands mais Jörg ROSSKOPF et son équipe ont apporté la meilleure réponse. À plusieurs reprises Koki NIWA a essayé de surprendre Timo avec des services longs sur son coup droit mais cela marcha seulement quelquefois. Timo BOLL joua avec un maximum de concentration et il frappa la balle extrêmement tôt sur ses topspins. C’était particulièrement évident dans le match contre MIZUTANI.

Chapeau bas pour cette performance compte tenu du fait que Jun MIZUTANI a très bien joué face à OVTCHAROV dans le match précédent. Les deux joueurs ont livré un grand match mais à la fin c’est MIZUTANI qui a remporté cette partie indécise jusqu’au bout. La principale raison de ce succès est le positionnement plus précis des balles dans les moments décisifs.

Même s’il est le plus jeune de l’équipe, Patrick FRANZISKA a fait preuve d’une grande maturité, comme s’il avait déjà disputé plusieurs demi-finales mondiales. Sa victoire 3/2 face à Kenta MATSUDAIRA a été très disputée. Bien sûr, Patrick peut améliorer son jeu de jambes mais il a bien pose son jeu et a fait montre de maîtrise au service e en retour. Et chacun sait combien les services de Kenta sont difficiles à controller.

L’Allemagne face à la Chine, c’est la finale rêvée. Même si la Chine demeure la favorite, elle ne semble pas imbattable ici. Aussi parce que ZHANG Jike et MA Long ont montré des petites faiblesses sur les autres rencontres. L’objectif de l’équipe allemande sera d’en tirer profit. Je suis certain que l’on va assister à une grande finale.

Les Singapouriennes espéraient naturellement réitérer leur exploit de la finale 2010. Le trio chinois composé de LI Xiaoxia, LIU Shiwen et ZHU Yiling a contrarié leur plan. Dans le tout premier match, FENG Tianwei remporta un set, ce fut le seul bénéfice de cette demi-finale.

Dans la session du soir, l’équipe Japonaise féminine était en lice. La victoire 3-1 face à Hong-Kong est plus flatteuse que le score n’y paraît. Trois des quatre matches se sont disputés jusqu’à la belle : ISHIKAWA et HIRANO ont eu un meilleur finish. De mon point de vue, le match clef a été disputé par Sayaka HIRANO qui, menée 2-0 par NG Wing Nam, a remporté le 3e set 12-10 (en sauvant une balle de match) avant de s’imposer pour permettre au Japon de mener 2-1. La présence du pays hôte ce dernier jour garantit une salle archi comble.

Billet| Samedi 03 mai 2014

Les quarts de finale sont l’un des moments les plus excitants d’une compétition

Commençons par les dames. Allemagne – Hong Kong a été le premier quart de finale. Après avoir perdu dans la phase de groupe, les Allemandes étaient motivées pour prendre leur revanche mais évidemment les Asiatiques n’étaient pas sur la même longueur d’onde : elles se sont imposées 3-0. À noter le très beau match de Irène IVANCAN face à JIANG Huajan qui a vu l’Allemande en position de gagner à 2/1 et 3-0. La joueuse de Hong Kong a ensuite réussi à retourner le match pour mener 10-5 dans le dernier set. IVANCAN s’est battue pour revenir à égalité avant de perdre finalement 10-12. Et tout cela s’est déroulé, à partir du 4e set, avec la règle de l’accélération.

Singapour, champion du monde 2010, n’a montré aucun signe de faiblesse… Hormis le point perdu par Isabelle LI, la vice-championne olympique jeune 2010, face à la Roumaine.

Les Chinoises ont pris le chemin le plus court face à leurs voisines Nord-coréennes. ZHU Yuling a concédé deux sets face à la championne du monde de double mixte, KIM Jong.

Le duel le plus intéressant a été le quart de final entre les Pays-Bas et le Japon. Les Européennes ont tout donné et LI Jiao a même réussi à battre l’étoite japonaise Kasumi ISHIKAWA pour égaliser à 1-1. Le match entre les deux défenseuses à tourner à l’avantage d’ISHIGAKI aux dépenses de LI Jie. Ensuite, LI Jiao égalisait à nouveau. Mais le point victorieux, pour le grand plaisir du public local, était apporté, à la manche decisive par ISHIKAWA aux dépens de la malheureuse Britt EERLAND.

Britt EERLAND pourra retirer du positif de ses prestations époustouflantes réalisées à Tokyo. De mon point de vue, elle est la surprise du tournoi et elle sera en mesure d’obtenir d’excellents résultats à l’avenir, dans le cas où elle ne souffrirait pas de blessures.

Toutes les médailles féminines seront attribuées au continent asiatique.

Dans l’épreuve messieurs, la Chine a gagné le remake de la renocntre disputée dans la phase de groupe. Mais cette fois Robert GARODS a été tout proche d’un énorme exploit en menant 2 sets à 1 et 11_10 sur ZHANG Jike qui s’en sortait en gagant 14-12 puis facilement à la manche décisive.

Après leur surprenante défaite face à la Grèce, les Japonais s’améliorent de match en match : ils ont realize leur meilleure prestation face au Portugal. À l’exception de Joao MONTEIRO qui pourra garder du positif de son match face à Kenta MATSUDAIRA, les deux autres matches n’ont souffert d’aucune contestation avec de surcroît, de magnifiques échanges.

En ce qui concerne les statistiques, l’Allemagne est le challenger le plus en vue pour la Chine. Les Allemands ont bien contrôlés Ils bien contrôlés l’équipe l’équipe de Singapour en la dominant 3-0.  Timo BOLL a facilement dominé GAO Ning alors que OVTCHAROV et FRANZISKA n’ont pas été inquiétés, notamment parce que le n°2 Singapourien, YANG Zi, manquait à l’appel pour cause de blessure.

En demi-finale, le Japon les attend avec des armes sûrement beaucoup plus fortes. L’équipe de ROSSKOPF doit maintenant passer à la vitesse supérieure.

La rencontre entre la Corée du Sud et Taiwan a livré une belle bagarre. du Taipei chinois. Le match entre JOO Sae-hyuk et Chuang CHIH Yuan a été l’un des meilleurs que j’ai vu voir dans ma vie. En menant 2 sets à 1 avec une balle de match dans le 4e set, JOO pouvait déjà lorgner sur la médaille. Mais c’est finalement CHEN Chien-an qui permettait à sa formation d’entrer pour la 1e fois dans le dernier carré .

Les demi-finales opposeront donc Taiwan à la Chine, et  l’Allemagne contre le Japon. C’est notamment la rencontre entre l’Allemagne et le Japon qui m’excite le plus : le pays hôte fera tout son possible pour empêcher l’Allemagne d’atteindre à nouveau la finale. Je dois vous dire que djéà je compte les heures avant le 1e service de cette demie.

Billet| Vendredi 02 mai 2014

Les huitièmes de finale n’ont pas révélé de surprises. L’Autriche a sûrement profité de l’absence de Panogiotis GIONIS mais a livré une belle rencontre. Notamment Robert GARDOS qui a mis son équipe sur les rails en s’imposant 3/1 sur Kalinikos KREANGA puis en apportant le point victorieux sur Konstantinos PAPAGEORGIOU.

Le Portugal et Taiwan ont aussi réussi à se hisser en quarts de finale. À l’instar de Gardos pour l’Autriche, Marcos FREITAS joue un rôle important dans l’équipe portugaise. Le gaucher est pour beaucoup dans la victoire sur la Pologne avec en plus l’apport de Joao très performant ici au Japon.

Taiwan s’est aussi imposée face à la Croatie non sans que CHAUNG Chih Yuan ne se soit offert des frayeurs. Il menait 2-0 7/4 face à KOLAREK pour finalement s’imposer 11/6 au 5e set.

L’équipe de Singapour a assumé son rôle de favori face à la Suède dans une rencontre révélant des surprises. Kristian Karlsson a bien failli battre GAO Ning en menant 2/1 et 10-7. Il est clairement l’un des joueurs européens, avec un potentiel incroyable, capable de réaliser de grandes performances. Je vois de bonnes chances pour lui de faire son chemin dans le Top 30 ! D’autre part, Singapour a surpris en alignant Clerence Chew – un joueur qui n’est pas encore classé dans le Top 200 – battre Pär GERELL : un succès synonyme de victoire dans ce quart de final.

Vous aimez cette non seulement toutes les équipes second placées aux groupes ont conclu les quarts de finale , mais aussi les équipes dont la performance a m’a le plus impressionné jusqu’à présent. Avec des joueurs occupant bonne chance pour le développement , ils peuvent espérer un avenir encore meilleur .

Quelques mots sur la coméptition féminine. Étonnamment, l’équipe allemande a remporté facilement son match face à la Biélorussie avec notamment Sabine WINTER qui a battu Viktoria PAVLOVICH. Irène IVANCAN et Petrissa SOLJA ont aussi apporté leur contribution pour permettre de l’emporter 3 à 0… et de se venger de la défaite subie face à Hong-Kong en phase de poules.

La principale surprise de ces quarts de finale a été causé par les Roumaines qui ont pris le dessus sur la tête de série, la Corée du Sud après plus de 3h02 ! Sur l’autre table, les Pays-Bas ont mis fin aux espoirs de Taiwan par un net 3-0. La Corée du Nord a vaincu l’Ukraine avec le même score. Au final, les duels entre l’Asie et l’Europe ont fini par un 2 à 2.

Avec de très bonnes joueuses aussi jeunes telles que SZOCS, EERLAND, SOLJA et WINTER, il y a de l’espoir pour les fans de tennis de table féminin en Europe pour diminuer l’écart à l’Asie !

Demain, je passerai en revue les quarts de finale : des rencontres pour les médailles ont toujours un goût très spécial. Je suis déjà excité …

Billet| Mardi 29 avril 2014

Les Championnats du monde lancés à pleine vitesse.

Après un regard sur les favoris hier, je me consacre aujourd’hui aux challengers potentiels.

Depuis quelques années, Taiwan a bâti une équipe intéressante autour de sa star, son leader CHUANG Chih Yuang. Champion du monde en double, CHEN Chien An, longtemps blessé, est de retour. L’équipe peut aussi compter sur HUANG Sheng Sheng. Victorieux d’une Corée-du-Nord sous-estimée car vraiment dangereuse ainsi que de la Suède, les Taiwanais ont tenu leur rôle d’outsider, à l’instar du Portugal dans le groupe C.

Analyse identique pour l’Autriche, tête de série n°2 du groupe A. Robert GARDOS a prouvé qu’il était régulier et tenait, avec confiance, son rôle de leader. Stefan FEGERL est aussi beaucoup plus régulier et devient un élément important de l’équipe. De plus, CHEN Weixing tient un rôle de joker et demeure un atout indéniable face aux adversaires. L’Autriche a assumé son statut de favori face à la Serbie et à la Russie.

Tous les outsiders n’ont pas été en réussite hier. Hong-Kong a été battu, c’est une surprise, par la Croatie. Le facteur clef est à mon avis que WONG Chun Ting, pourtant dans une forme extraordinaire avant les Championnats du monde, a perdu face à Tomislav KOLAREK. Mais la raison majeure est le double succès d’Andrej GACINA qui a remporté ses deux simples avec la manière.

Jetons maintenant un coup d’oeil à la competition feminine. Après trois rencontres dans chacun des groupes, la situation est on ne peut plus claire. L’Allemagne, Taiwan, la Corée-du-Nord et Singapour sont têtes de série n°2 et ont remporté tous leurs matches. Ce qui signifie qu’elles sont presque toutes qualifiées pour le tour suivant, à savoir parmi les 12 meilleures équipes.

Malheureusement, l’équipe grecque aura seulement été l’héroïne d’un jour. Après leur victoire surprise face au Japon lundi, les Grecs sont revenus sur terre en s’inclinant face à la Hongrie 2-3 ou l’infime écart entre la victoire et la défaite.

Billet| lundi 28 avril 2014

La Japon choqué.

À l’issue de la 1e journée du Championnat du monde par équipes, nous analysons l’entrée en matière des quatre têtes de série. Devant un public très motivé, les Japonais ont subi  une grosse déconvenue face à la Grèce, vice-championne d’Europe 2013.

Jun MIZUTANI a émergé comme le meilleur joueur du match, mais la Grèce a livré la performance plus équilibrée pour conquérir la victoire. Dans le match décisif, Kalinikos KREANGA a prouvé que, dans un bon jour, il peut encore saisir les opportunités. Surtout, Seya KISHIKAWA a semblé n’avoir aucune chance de l’emporter. Bien sûr, les Japonais ont encore toutes les chances de terminer premiers de leur groupe, mais d’abord ils ont besoin de surmonter cette déception…

La Corée du Sud a dû disputer les cinq matches et le one-man-show de Vladimir SAMSONOV (2 victoires) n’aura pas suffi. L’Allemagne et la Chine ont été beaucoup moins génées.

La victoire 3-0 de la Chine face au Brésil est tout sauf surprenant, même si les Sud-Américains ont prouvé qu’il est toujours utile de se battre sur toutes les balles. Ils ne pouvaient pas prétendre à une seule victoire mais au moins Cazuo MATSUMOTO a forcé ZHANG Jike a passé à la vitesse surpéireure. Mené 2 sets à 1, il a été tout près d’emmener le champion du monde à la manche décisive en menant 7-1 dans le 4e set. Gustavo TSUBOI n’était pas loin de remporter un set face à XU Xin.

Lors de la rencontre entre l’Allemagne et Singapour, GAO a mis en difficulté Timo BOLL. Mais l’Allemand est revenu (1-1 et 1-5) pour finalement s’imposer. À noter aussi la première apparation – et victoire – de Steffen MENGEL dans un championnat du monde par  équipes face à SHEW avec un 3-0.

Les Chinoises, face à la Pologne, et les Hong-Kongaises, devant les Tchèques, se sont imposées 3-0. Les Néerlandaises ont été toutes proches de réaliser un exploit face aux Sud-Coréennes mais LI Jiao n’a pas réussi à convertir l’une de ses trois balles de match.

Dans le même temps, double déception pour la Russie. Les garçons ont perdu nettement 3-0 contre la Pologne. Résultat identique pour les filles contre la France.

Ce mardi, je voudrais attirer votre attention particulière sur les pays qui, à mon avis, ont les capacités de provoquer encore des surprises majeures face aux favoris, tout comme la Grèce a réussi à le faire aujourd’hui…

Billet| dimanche 27 avril 2014

Konnichiwa ! Après 11 heures de vol, je suis sorti de l’avion pour découvrir un super temps ensoleillé à Tokyo. Les japonais savent bien comment accueillir leurs hôtes !

Super accueil par des volontaires dévoués, un bus avec air conditionné et un énorme hôtel officiel pour les joueurs. Un grand « hello » de tous les côtés car évidemment dans cette grande communauté du tennis de table, tout le monde se connaît. Les grandes nations sont déjà sur place depuis quelques jours pour se mettre dans l’atmosphère de l’épreuve et dans les conditions de jeu alors que les « petites » nations arrivent peu de temps avant le début de la compétition, aussi pour des raisons budgétaires.

Avant tout, je dois exprimer mon admiration pour le défi relevé, en terme d’organisation, par la fédération japonaise. Au total, ce sont 352 joueuses et 445 joueurs représentants 125 pays en plus des 138 arbitres et des délégués à accueillir. Une tâche à ne pas surestimée même au regard du savoir-faire japonais. Une fois de plus se pose la question d’un championnat du monde unique regroupant toutes les divisions est toujours d’actualité. Sachant, qu’il est de plus en plus difficile de trouver des organisateurs candidats. Il est intéressant de préciser que la seconde salle utilisée pour la compétition, plus petite que la salle principale, devrait devenir la salle dédiée au tennis de table pour les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo.

L’idée de partager la compétition avec deux niveaux (A et B), comme cela existe dans plein d’autres sports et depuis longtemps, doit être sérieusement envisagée.

C’est une tradition, les championnats du monde sont ouverts avec la soirée Butterfly de bienvenue permettant à tous de se mettre dans l’ambiance et l’esprit d’un Championnat du monde.

Bien que tous les joueurs sous contrat avec Butterfly soient passés au moins quelques minutes, on retiendra la venue de la star allemande Timo BOLL, du revenant Michael MAZE, du champion du monde ZHANG Jike et du héros local, Jun MIZUTANI (quelques vidéos de cette soirée à découvrir ici)

Maintenant, la 52e édition des championnats du monde est prête à débuter. J’espère bien voir des supers rencontres et quelques surprises !

Billet| samedi 26 avril 2014

Chers passionnés,

Tokyo accueille cette année les Championnats du monde par équipe. C’est un grand plaisir pour moi de vous livrer mes impressions quotidiennes depuis le Pays du Soleil Levant.

Autant que je me souvienne, je conserve un excellent souvenir des Championnats du monde individuels de Yokohama en 2009. C’était un formidable événement et je m’attends absolument à la même chose cette fois-ci encore. Une salle entièrement bondée avec une atmosphère étonnante, similaire a  celle des Championnats du monde par équipes à Dortmund.

En outre, le championnat par équipes développe une atmosphère très particulière. Jouer pour son équipe, défendre les couleurs de son pays, qui plus est pour le pays organisateur,  c’est fascinant …

Je suis très heureux et impatient de suivre la jeune équipe japonaise qui va devoir composer avec une grosse attente et un niveau d’exigence supérieur. Comment se comportera t-elle avec la pression ?

Qu’en est-il des Chinois ? Un joueur de la sélection passera t-il à côté du Mondial ou bien vont-ils encore remporter les médailles d’or sans problèmes ? Aurons-nous comme en 2012 l’expérience d’une finale attendue, en fonction des têtes de série ? La Chine face à l’Allemagne. Si oui, l’écart aura t-il augmenté… ou diminué ?

Et plus largement à quoi pouvons-nous nous attendre de la Chine et de l’Allemagne ? Demandez aux équipes du Corée-du-Sud, du Japon et peut-être du Portugal, si l’écart s’est réduit avec l’Allemagne ou pas ?

Quelle équipe sera la surprise de l’événement ?

Trop de questions… Place aux résultats et au plaisir.

Permettez-moi de terminer par un avis très personnel. Le retour de Michael Maze. Il est le pivot de l’équipe du Danemark et je suis très heureux pour lui et pour toute la communauté du tennis de table de le voir de retour après une longue période de blessure. Un artiste comme lui est indispensable à notre sport.

Je suis vraiment heureux de ton retour Michael.

A propos de l'auteur

Richard

Richard a débuté le tennis de table à l’âge de 12 ans pour ne plus jamais arrêter. D’abord joueur de niveau national en Allemagne, il s’est ensuite tourné vers le coaching dans le haut niveau. De 2000 à 2004, il était le capitaine de l’équipe d’Allemagne féminine puis, jusqu’en 2010, de l’équipe masculine. Au cours de cette période, il a largement contribué aux succès de Timo BOLL et de son équipe. En 2010, il a rejoint la renommée Werner Schlager Academy en Autriche comme coach principal et expert pour l’ITTF. Depuis de longues années, il fait partie de la famille Butterfly toujours en quète de progrès pour la pratique du tennis de table.

Articles similaires