Steffen Mengel, l’opportuniste

Demi-finaliste de l’open d’Allemagne, Steffen MENGEL a enchainé plusieurs performances notamment en écartant, en huitièmes de finale, le Chinois WANG Hao, champion du monde 2009 et trois fois vice-champion olympique. Champion d’Allemagne 2013, ce grand joueur (1m95) pointe désormais au 49e rang du classement mondial (il était n°100 en mars), une position encore trop éloignée pour rejoindre ses compatriotes favoris pour le Mondial par équipes au Japon. DERNIÈRE MINUTE : en raison du forfait de Bastian STEGER (maladie), Steffen a été retenu par Jörg ROSKOPF pour participer au championnat du monde.

Passé par les qualifs, il atteint le dernier carré

Un open disputé à domicile peut être une source de motivation supplémentaire pour les représentants du pays hôte. Certains joueurs plient sous la pression et d’autres se transcendent devant leur public pour réaliser des prouesses. C’est la catégorie à laquelle appartient Steffen MENGEL.

MENGEL_ITTF_01

Accéder aux demi-finales d’un open du Pro-Tour en s’extirpant des qualifications est une trajectoire réservée aux joueurs asiatiques. Avec son dossard de n°100 mondial au moment de se lancer dans les aires de jeu de la GETEC-Arena de Magdebourg, il devait d’abord sortir de sa poule. Après une victoire logique et maîtrisée sur l’Autrichien Martin HEIMBERGER (n°301), il a enchaîné les succès avant de subir la loi du Japonais Jun MIZUTANI (n°11). À son tableau de chasse, il aura ainsi accroché :  YU Ziyang (Chine, n°180),  Alexander SHIBAEV (Russie, n°34), ZHOU Kai (Chine, n°178), puis son chef d’œuvre sur WANG Hao (n°5) avant de se hisser en demies grâce à sa victoire sur CHO Eon-rae (Corée-du-Sud, n°23).

Finaliste en Hongrie

Alors qui peut aujourd’hui prétendre qu’il avait imaginé Steffen MENGEL se hisser en demies de l’open le plus relevé de l’année en Europe ? « Soyons honnêtes, personne ne s’attendait à voir Steffen MENGEL atteindre les demi-finales dans un open majeur comme le Super Series de Magdebourg, concède Richard PRAUSE, l’entraîneur en chef de la Werner Schlager Academy basée à Schwechat en Autriche. Justement, c’est là-même, lors du Pro-Tour 2011, que MENGEL avait été tout près de réaliser un premier exploit majuscule. « Il a parfois été capable de bousculer des grands joueurs. Je me souviens de ce match face à CHUANG Chih-yuan : il était sur la voie pour le gagner mais il lui avait manqué quelques détails. » Et l’ancien coach de ma Manschaft de rappeler l’improbable succès de Steffen MENGEL en 2013 à Bamberg face à Timo BOLL pour conquérir le titre national. Richard PRAUSE rappelle aussi que le sociétaire de Frickenhausen a atteint la finale de l’open de Hongrie (Challenge series) à Szombathely (défaite en finale devant Daniel HABESOHN).

Souvent blessé

Pour Richard PRAUSE, ce saut dans l’élite mondiale tient au fait que l’athlète soit enfin débarrassé des blessures qu’ils l’ont toujours freiné dans sa progression. Des blessures liées à sa grande taille atypique et pas forcément la plus adaptée pour le ping ?

« Je ne crois pas que ce soit le problème. Il a joué de malchance et connu des blessures dans des situations différentes. Alors qu’il devait participer au championnat 2009 à Stuttgart, il a une rupture du tendon. Ensuite il a eu une hernie discale et quelques mois après son retour, il a dû subir une opération à un genou. Tout cela l’a empêché de s’entraîner et maintenant qu’il est dégagé de ces soucis physiques, cela change les potentialités. » Et Richard PRAUSE d’ajouter : « Nous savions que Steffen était en nets progrès et que sans blessures il pourrait grimper au classement mondial. Bien sûr c’est une surprise qu’il ait battu WANG Hao mais ce n’est pas une surprise qu’il ait progressé. »

MENGEL_ITTF_02

La rage de vaincre

Regarder une vidéo ou même seulement des photos donne un aperçu du caractère de Steffen MENGEL. C’est un gagneur, un redoutable compétiteur animé d’une énorme rage de vaincre. « Il croit toujours en ses chances, souligne Richard PRAUSE. Il est connu pour saisir les opportunités. En fait, Steffen se moque de savoir qui est face à lui, le n°1 ou le n°500, c’est pareil, il veut gagner. D’ailleurs lorsqu’il débute un match, il n’est pas là pour bien jouer mais uniquement pour gagner. » Un joueur qui tire aussi sa force de l’énergie des fans : « je dirais qu’il est meilleur en Allemagne qu’à l’international. Il aime jouer à domicile et cela le transcende. »

Victorieux de trois Chinois sur un open

Richard PRAUSE tient à jour ses fiches. Outre le grand WANG Hao, ZHOU Cai et YU Ziyang n’ont pas la notoriété des esthètes chinois, mais vaincre trois Chinois sur une même épreuve tient de l’exceptionnel. Il faut remonter à 2005 et la Coupe du monde individuelle pour saluer la performance de Timo BOLL (vainqueur de l’épreuve) qui avait dominé les trois meilleurs chinois du moment : WANG Hao, Wang LIQIN et MA Lin. Certes, un trio d’un tout autre calibre mais Timo BOLL est aussi un joueur d’exception.

Puissant et équilibré

Analyser le jeu de Steffen MENGEL est aisé pour Richard PRAUSE qui suit depuis longtemps ce joueur natif de la région de Düsseldorf. « Il possède de très bons services et il est connu pour ça. C’est un joueur équilibré des 2 côtés, décrit le technicien. Il est grand mais il a cette capacité à très bien et vite se déplacer. Si bien que son coup droit, depuis qu’il prend la balle devant lui, est encore plus efficace sachant qu’il peut trouver des angles différents. Face à WANG Hao, dans les moments cruciaux, il a été capable de conserver cette même qualité de balle. » Steffen utilise Tenergy 05 des deux côtés, avec un bois Boll ALC.

Retour à Düsseldorf

Sociétaire de Frickenhausen, il est revenu s’installer à Düsseldorf et s’entraîne régulièrement avec l’équipe d’Allemagne. « Il fait partie du système et au contact des meilleurs, il peut bien s’entraîner. J’ai travaillé avec lui à Hauno. Il a toujours eu de bons coaches avec lui, Helmut HAMPER, Jörg ROßKOPF, ZHU Xiaoyong et Qiu Jianxin. »

Encore derrière les titulaires

Le champion d’Allemagne 2013 avait participé aux championnats du monde individuels disputés à Bercy. En revanche, il ne sera pas du voyage au Japon… La sélection était bouclée avant même les premiers échanges à Magdebourg. Vice-champion olympique et du monde, plusieurs fois champion d’Europe, Richard PRAUSE estime que « Steffen MENGEL manque d’expérience à ce niveau. Surtout il est derrière BOLL, OVTCHAROV, BAUM, STEGER et FRANZISKA. » Il est aujourd’hui logé à la même enseigne que Ruwen FILUS et Christian SUSS : monter au classement et bousculer la hiérarchie. « Il a montré qu’il peut être une option pour le futur. »

L’avenir ?

« Une fois arrivé dans le Top 40-50, tout peut arriver mais maintenant il va devoir composer avec la pression qui va sûrement tomber sur lui. De plus, il est désormais bien identifié par ses adversaires. À bientôt 26 ans, j’espère qu’il pourra continuer à s’entraîner sur de longues périodes et ainsi poursuivre sa progression, » conclut Richard PRAUSE.

GAC ITTF Pro-Tour – Open d’Allemagne 2014 – Résumé huitièmes de finale : Steffen MENGEL – WANG Hao

https://www.youtube.com/watch?v=qShVugQAkVo

GAC ITTF Pro-Tour – Open d’Allemagne 2014 – Résumé – quarts de finale : Steffen MENGEL – CHO Eon-rae

https://www.youtube.com/watch?v=3j7k-0nIo4c

GAC ITTF Pro-Tour – Open d’Allemagne 2014 – Résumé – demi-finales : Steffen MENGEL – Jun MIZUTANI

https://www.youtube.com/watch?v=OiJyAv5eNe8

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires