Avec Joao MONTEIRO, Daniela DODEAN forment le couple le plus glamour du circuit mondial. Mariés depuis juillet 2013, les deux pongistes sont installés à Schwechat où ils s’entraînent au sein de la Werner Schlager Academy (WSA). Daniela DODEAN-MONTEIRO raconte sa passion pour le tennis de table et espère revenir au 1e plan après une blessure handicapante au genou.

Qui a déclenché ton envie de jouer au tennis de table ?

Mon frère (Adrian pointe au 236e rang mondial) a commencé à jouer le premier et parfois j’allais le voir. C’est lui qui m’a tendu le premier une raquette, j’avais 5 ans ½. Puis c’est à l’âge de 6 ans lorsque j’ai vraiment commencé à jouer.

Daniela_Dodean_Monteiro_Gros_20

As-tu immédiatement aimé le ping ?

En fait j’aimais déjà beaucoup faire du sport. Je jouais au football avec mes deux frères et à plein d’autres sports. Mais lorsque j’ai vu autant de joueurs dans une salle de tennis de table, aussi la petite balle, tout cela m’a attiré.

Quand as-tu ressenti que peut-être tu avais un avenir dans le ping ?

Lors du 1e championnat de Roumaine que j’ai disputé. C’était ma 1grande compétition nationale et j’ai gagné. J’avais huit ans alors que les autres participantes avaient 9 ou 10 ans. À ce moment là, mon père m’a dit qu’il fallait que je continue ce sport.

Jusqu’à présent, quel est, selon toi, ton meilleur résultat ?

J’ai obtenu beaucoup de résultats positifs aux championnats d’Europe Jeunes et sur les opens avec quelques médailles d’or (15). Avec l’équipe de Roumanie, nous avons disputé trois finales européennes, toutes perdues, mais cela reste un bon résultat. Nous avons aussi terminé 5e des Jeux olympiques de Pékin (2008) et des Mondiaux par équipes (2014). Avec Elizabeta SAMARA nous comptons également deux titres européens en double. J’ai aussi atteint le 19e rang mondial (mai 2005) et j’espère progresser à nouveau depuis que ma blessure au genou me laisse tranquille.

Daniela_Dodean_Monteiro_Gros_02

On peut véritablement parler d’esprit d’équipe. Quelle est notamment ta relation avec Elizabeta SAMARA (Team Butterfly) ?

Nous avons un rapport très fort. Nous sommes partenaires depuis que nous avons 10-11 ans. Nous avons grandi ensemble et beaucoup appris. Elle m’aide beaucoup, nous sommes dans une relation d’échange. Nous fonctionnons également ainsi avec la n°3 ou n°4 de l’équipe et en effet l’esprit d’équipe permet d’accomplir de grandes choses. Ensemble, nous sommes plus fortes.

Quel est ton point de vue sur l’école roumaine ?

Je pense qu’en Europe, la Roumanie est la meilleure école pour les jeunes filles : tout le monde peut le constater avec nos résultats. Nous avons une tradition et une vraie bonne école. Actuellement il semble difficile d’attirer des joueuses. Alors je le dis ici, le tennis de table est un super sport, sans risques, et on peut obtenir de très bons résultats et s’offrir un avenir.

Comment as-tu décidé de rejoindre la WSA ?

J’ai reçu des emails de Martin SOROES (Directeur de la WSA) et de Werner SCHLAGER. Au départ, la structure démarrait et il n’y avait pas d’équipe féminine. Le fait que de nombreuses joueuses s’entraînent à la WSA et que l’encadrement soit de qualité m’a convaincu. C’est important pour moi car j’ai besoin de travailler. Je ne dis pas que je n’a pas de talent mais j’ai besoin de bosser. Ici, tout est parfait pour cela avec un bon staff, une équipe médicale et le meilleur directeur qui soit, Martin SOROES.

Qui est ton entraineur référent ?

La Japonaise Aya UMEMURA. Elle a sûrement été la meilleure joueuse sur défense : elle m’avait déjà aidé par le passé dans le cadre de stage organisé par Butterfly. Maintenant elle est coach à plein temps à la WSA avec en plus Tamara BOROS. Ensemble, elles font du super boulot.

Ta relation de couple avec Joao MONTEIRO influe forcément sur ta carrière ? A t-il un regard critique ?

Il me soutient surtout je n’aime pas les critiques (rires). Monti est un très bon joueur et, selon moi, il est le plus professionnel. Il m’aide beaucoup psychologiquement, que je gagne ou que je perde. Je ne sais pas pour lui mais jusqu’ici cela me convient bien !

BONUS : SON POINT FAIBLE ET SES IDOLES

Prenez-vous parfois le temps de jouer ensemble ?

Parfois le dimanche, si on a rien d’autre à faire, on joue ensemble. En fait, on se lance des défis par exemple en jouant seulement en revers, car c’est le seul secteur où je peux le concurrencer. On prend du plaisir à jouer tous les deux.

Daniela_Dodean_Monteiro_Rémy_Gros_27

Pour finir, peux-tu nous parler de ton rapport à ta raquette ?
NB : Daniela joue avec Tenergy 05 (2,1) sur le coup droit et un Tenergy 64 (2,1) sur le revers avec un bois Primorac Carbon (FL)

Il y a deux ans, je me suis fait voler ma raquette sur un open. Je l’avais depuis plus de 10 ans et elle représentait une sorte de trésor. Grâce aux caméras de vidéo-surveillance, elle avait été retrouvée mais j’avais du changer de raquette pour jouer. En fait, avec la nouvelle colle, c’est plutôt une bonne chose. Donc désormais je joue avec un bois récent et ma 2raquette est quasiment neuve. Sur le manche, j’ai ajouté un grip… C’est un peu spécial et typiquement féminin : c’est à cause des crèmes et lotions et c’est pour éviter que cela glisse avec la transpiration.

Daniela DODEAN-MONTEIRO – 26 ans (née le 13 janvier 1988 à Arad en Roumanie)
Club actuel : SVS STRÖCK

Championne d’Europe double (avec E. SAMARA) 2009 (Stuttgart) et 2012 (Herning)
Vice-championne d’Europe double (avec E. SAMARA) 2011 (Sopot)
Vice-championne d’Europe par équipes, 2010 (Ostrava) 2011 (Sopot), 2013 (Schwechat)
Médaille de bronze en double championnat d’Europe (avec E. SAMARA) 2010 (Ostrava)
Championne d’Europe junior (simple et par équipes) 2006 (Sarajevo)
Championne d’Europe junior (simple, double et mixte) 2005 (Ostrava)
Championne d’Europe cadette 2002 (Moscou)

FINALE CHAMPIONNAT D’EUROPE DOUBLE  (avec E. SAMARA) en 2009 à Stuttgart

DEMI-FINALE OPEN DU QATAR 2010 : Daniela DODEAN – LIU Shiwen
http://youtu.be/Gto_5oL2ALA

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires