Gagner dans les catégories jeunes nous prédestine-t-il oui ou non à la grande équipe de France ? La question mérite d’être posée quand on voit toute l’énergie déployée autour des enfants de plus en plus jeunes pour les entraîner. De plus, depuis maintenant une bonne dizaine d’années, la France domine les Championnats d’Europe Jeunes de manière presque insolente mais le passage chez les seniors demeure une période délicate tant et si bien qu’il continue à animer de façon récurrente nos conversations…

Si je pense que nous sommes tous d’accord pour reconnaître qu’être champion de France benjamin ou minime n’est absolument pas un gage de réussite pour l’avenir, l’être chez les cadets et encore plus en junior permet-il d’envisager pour autant plus sereinement le futur en bleu ?

Chris

Avec l’expérience que j’ai, à 40 ans passés, dont plus de 20 en équipe de France, j’ai un avis bien tranché sur la question. Les mauvaises langues diront que ça m’arrange, n’ayant jamais remporté de titre individuel dans les catégories jeunes. Mais je vais tâcher de vous démontrer, statistiques, chiffres et exemples à l’appui que gagner tôt n’est en aucun cas un gage de réussite pour l’avenir. Cela voudrait-il dire que gagner trop jeune pourrait être nuisible ? Dans certain cas je crois que oui. C’est la raison pour laquelle je suis persuadé que la plus sûre façon d’y arriver est de faire partie des bons, c’est à dire des joueurs détectés afin de bénéficier d’aides de la Fédération et d’un programme d’entraînement cohérent mais en ayant toujours quelque chose de plus à aller chercher, quelqu’un en ligne de mire en quelque sorte. Ne jamais être rassasié, en vouloir toujours plus, telle est la clé de la réussite future mais qui se construit dès aujourd’hui…

Faisons appel à notre mémoire et essayons de trouver, tous sports confondus, des sportifs ayant gagné à 11 ans, 12 ans, 13 ans… Et ainsi de suite jusqu’à 25 ou 30ans. Je vous mets au défi d’en trouver un. Même Tiger WOODS, dont pourtant les premières vidéos du prodige golfeur datent de ses deux ans n’a pas tout gagné étant jeune. En revanche, il a toujours fait partie des bons. L’exemple des sœurs WILLIAMS, pourtant « façonnées » par leur père en est un autre. Vous vous dîtes qu’en gymnastique, sport où les carrières sont plus qu’éphémères, vous avez une chance d’en trouvé un… Et bien même là, il n’y en a pas ! Alors vous pensez bien qu’au Tennis de Table, on ne déroge pas à la règle !

 Qu’en est-il de PHILOU, JEAN-MI (SAIVE), ZORAN (PRIMORAC), PERSSON, WALDNER ou bien encore des chinois ? Ils sont tous devenus d’immenses champions mais même s’ils faisaient tous partis des bons voire des très bons, jamais une seule de ces stars n’a dominé ses adversaires de manière écrasante. Alors oui ils ont été Champion de France, de Belgique, de Yougoslavie puis de Croatie ou de Suède mais pas à chaque fois et pas depuis tout petit.

La démonstration est encore plus frappante lorsqu’on évoque les différents champions de France cadets et juniors, filles ou garçons et que l’on regarde ce qu’ils sont devenus… Sans vouloir être méchant, tel n’est pas le but puisque nous nous basons juste sur des faits et des résultats bien réels, nous pouvions penser qu’un grand nombre de joueurs aurait pu réussir au vu de leurs résultats chez les jeunes. En fait, seulement 12% de ces champions d’hier sont encore sur le circuit international aujourd’hui.

12%, ce n’est déjà pas si mal me direz-vous, mais combien sont-ils réellement au tout meilleur niveau ? Pas plus de 4%… La statistique est éloquente !

Alors quels sont ces joueurs qui traversent les générations en gagnant la plupart du temps ? Et bien ce sont ceux qui ont un Rêve, un objectif qui fait qu’à l’entraînement, ils travaillent pour s’en approcher un peu plus chaque jour. Ceux qui veulent marquer l’Histoire de leur sport sont élevés au rang de star planétaire…

palmares-cadets-juniors

A propos de l'auteur

Christophe

Butterfly l’accompagne depuis 1996. Trois fois champions France en simple, champion d’Europe et vice-champion du monde par équipes, il a aussi participé trois fois aux Jeux olympiques. Toujours joueur professionnel, il est très popuaire en France. Il a récemment intégré l’équipe de Butterfly France.

Articles similaires