À seulement 9 ans, Prithika PAVADE est devenue, en mai dernier, championne de France minime… Dans une catégorie ouverte aux moins de 12 ans. Quelques semaines après, cette gauchère attaquante a aussi conquis le titre du simple benjamine, pour signer un superbe doublé. Pour connaître les raisons d’un tel talent précoce, nous avons interrogé son coach au Bourget, Nicolas GREINER.

C’est un phénomène. Forcément à l’âge de neuf ans, la durée de l’apprentissage est réduite : Prithika a débuté le ping seulement en février 2011. 40 mois plus tard, elle dominait des fillettes âgées de plus de deux ans pour conquérir, de sa main gauche agile, un, puis deux titres, de championne de France… « Elle a joué trois saisons complètes. Auparavant, Prithika s’était essayée au ping avec son papa, qui jouait en Inde. Il a un niveau départemental, rapporte Nicolas GREINER qui a vu le frère aîné (13 ans) et la petite sœur (5 ans) arriver dans la salle. Notre club est installé au milieu d’un quartier et la famille de Prithika habite dans la cité. »

40 mois ? Nicolas GREINER est-il un magicien ?

« Non évidemment. Prithika est assez exceptionnelle. Quand tu fais ce métier d’entraîneur depuis 15 ans en faisant ce que tu peux… Tu as plus ou moins de chance. Et d’ajouter : si tu travailles bien, tu peux accueillir un talent qui se retrouve avec tous un tas de joueurs autour qui ont appris à bien s’entraîner. »

Et qui contribuent à l’épanouissement d’un tel joyau, une offrande pour un technicien. Nicolas GREINER, 37 ans et titulaire d’un BE2 depuis ses 24 ans, lorsqu’il mit entre parenthèses son métier d’agent immobilier, dispense 14 heures d’entraînement par semaine au Bourget. « Je suis par ailleurs entraîneur à la Ligue d’Île-de-France et responsable du groupe détection des moins de 11 ans. »

Prithika_PAVADE_Credit_Stephane_PFEFER_03

Prithika PAVADE est devenue championne de France à Arnas. Photo Stéphane PFEFER.

À la rentrée prochaine, Prithika poursuivra sa scolarité en CM2 et bénéficiera d’un aménagement du temps scolaire. « À raison de trois demi-journées par semaine, son emploi du temps sera allégé afin qu’elle puisse s’entraîner, rapporte Nicolas GREINER.

Prithika est une élève brillante au point qu’il lui a été proposé de passer directement en 6e. Dès lors où l’objectif est qu’elle intègre le pole d’Île-de-France à son entrée au collège, nous avons estimé qu’une année supplémentaire avec sa famille lui permettrait de grandir tranquillement. 

Le trait de caractère qui étonne le plus l’entraîneur francilien est la maturité de son élève. « Cela vient sûrement de son éducation qui la rend déjà très responsable. Du coup, elle a une capacité étonnante à écouter et à se concentrer trois heures durant. »

Une tête bien faite, du talent et une grosse capacité de travail, n’en jetez plus ! « Prithika est une gauchère très agressive, qui aime vraiment avoir l’initiative. Elle est même parfois trop attaquante, sourit le coach qui rapporte qu’elle aime bien prendre le pivot et est à l’aise en revers dans la diagonale, petit côté. » A t-elle déjà des modèles ? « Je sais qu’elle adore la Chinoise DING Ning (vice-championne olympique à Londres) et en France elle regarde les plus grandes, comme Marie MIGOT. »

La double championne de France benjamine-minime 2014 aura l’occasion de s’évaluer, à la fin du mois d’août, aux Eurominichamps’ auxquels elle a déjà participé l’an passé. « Elle était sortie de poule puis avait perdu en seizièmes de finale. » À Schiltigheim cet été, elle sera dans la catégorie des moins de 2003 (elle est née en août 2004) et visera plus haut que les 1/16e.

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires