Les championnats d’Europe par équipes se sont achevés le dimanche 27 septembre à Lisbonne. Si l’Allemagne a abandonné son titre aux Portugais, sacrés pour la première fois, elle a remporté sa 10e médaille en 11 éditions. Depuis 2000, nous avons passé à la loupe le palmarès des championnats d’Europe par équipes. Sur les onze dernières éditions : de Brème (2000) à Lisbonne (2014), voici les nations qui sont habituées des podiums et celles, comme la France, qui sont apparues seulement deux fois. Plutôt que de dénigrer l’investissement des joueurs (c.f. l’Équipe Magazine du 4 octobre 2014), un bilan chiffré ne peut être plus objectif. Il démontre que la 7e place obtenue à Lisbonne est plutôt flatteuse pour les Tricolores.

En onze éditions, 14 nations sont montées sur le podium européen : la preuve que le rendez-vous continental n’est pas réservé à une petite élite mais ouvert à un large panel. D’un côté, cela peut signifier une réelle densité, d’un autre côté l’instabilité et l’inconstance derrière l’Allemagne omniprésente. L’analyse de Christophe LEGOÛT rappelle aussi que depuis la formule à trois matches gagnants instaurés en 2002 (avec en plus les sets de 11 points) les nations qui disposent d’un leader fort sont mieux armées.

Jamais sacrée avant le 21e siècle, l’Allemagne truste depuis les titres avec 6 succès en onze éditions. Seuls les Suédois, deux fois, les Biélorusses, les Danois et les Portugais ont décroché l’or au cours de cette période dominée par l’Allemagne qui n’aura manqué qu’une seule fois le podium : à Aarhus en 2005.

Capture d’écran 2014-10-18 à 15.54.29

La France bronzée deux fois.

Intéressons-nous à l’équipe de France (championne d’Europe en, 1984, 1994 et 1998). Les Bleus sont montés seulement deux fois sur le podium et sont devancés par 10 nations dont la Pologne, la République tchèque ou encore la Roumanie qui comptent trois médailles. La France est aussi devancée par le Danemark, la Croatie et le Portugal médaillées également deux fois mais avec des couleurs plus pimpantes que le bronze.

christophe_LEGOUT_RG_64

Christophe LEGOÛT – Photo Rémy GROS

Sans Mousquetaire la France ne gagne plus.

En 2002, l’équipe de France était encore composée de trois Mousquetaires (en plus d’Eric VARIN et de Cedrik CABESTANY, il y avait Patrick CHILA, Damien ELOI et Christophe LEGOÛT). Les Bleus s’étaient inclinés en demi-finales devant l’Allemagne arrivée au premier plan avec Timo BOLL en leader. En 2009, c’est une victoire obtenue face à la Croatie de PRIMORAC (avec KOLAREK et GACINA) qui permettait au trio LEBESSON-LEGOÛT-MATTENET de remporter la dernière médaille tricolore. Si dans l’intervalle, de 2002 à 2008, les Bleus ont pu compter sur la présence de leurs illustres anciens, force est de constater que les deux uniques médailles remportées en 14 ans l’ont été avec au moins un Mousquetaire.

Les raisons d’une telle atonie.

Alors pourquoi les pongistes français n’y arrivent plus ? Un manque de confiance ? De culture de la gagne ? Un état d’esprit conquérant qui fait défaut ? L’absence d’un joueur du Top 20 mondial mondial ? D’un leader charismatique ? La peur de mal faire ? L’incapacité à se sublimer lors des rencontres clefs ? Des tirages au sort peu favorables ? Un coaching et un managérat d’équipe défaillant ?

Avec seulement deux médailles de bronze en 14 ans, il y a forcément un peu de tout cela. En 2000, 2003 et 2005, les Mousquetaires étaient massivement présents et sont rentrés bredouilles tandis que la génération suivante (LEBESSON-MATTENET-SALIFOU) n’a décroché qu’une médaille en 2009. La génération Simon GAUZY (avec Quentin ROBINOT, Tristan FLORE…) doit faire mieux sur l’actuelle décennie (2010-2020) mais, à mi-parcours, le palmarès est encore vierge de toute médaille. Et pour un titre ? Champions d’Europe à trois reprises, les Tricolores étaient alors guidés par Jacques SECRÉTIN (1984) et par Jean-Philippe GATIEN (1994 et 1998). Sans un joueur du Top niveau mondial, les Français ne gagnent pas : une équipe homogène pourrait sans doute conquérir le titre mais pas avec des joueurs tous classés au delà de la 50e place mondiale.

Il y a pourtant urgence à retrouver le podium européen : ce serait une première sans un Mousquetaire et le début d’une nouvelle histoire pour la jeune garde tricolore qui n’a plus levé les bras depuis 2009 à Ostrava. Presque une éternité. Aussi, à 20 mois des Jeux olympiques de Rio-de-Janeiro, les Tricolores n’ont pas leur place. À eux de la conquérir sans tarder.

La prochaine édition du championnats d’Europe par équipes (couplés avec les épreuves individuelles) se tiendra à Ekaterinburg (Russie) du 25 septembre au 4 octobre 2015.

Durant la même période l’équipe de France féminine n’a remporté la moindre médaille.

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires