Noshad ALAMIYAN est un nom bien connu dans le milieu du tennis de table. Le sympathique garçon de 23 ans est un joueur craint pour son toucher de balle fantastique et sa capacité à jouer comme gaucher ou droitier et  à changer de main en plein rallye ! Ses victoires sur le Japonais Kenta MATSUDAIRA et le triple champion du monde, le Chinois WANG Liqin, l’ont rendu populaire. Mais peu de gens savent qu’il a un jeune frère tout aussi sympathique, dont l’existence est étroitement liée au tennis de table. Nous avons rencontré les frères Alamiyan lors de leur stage à la Werner Schlager Académie en Autriche.

Comment avez-vous commencé à jouer au tennis de table et qui a été le premier à débuter ?

Noshad : J’ai débuté le premier.

Nima : Notre père, qui était notre entraîneur, nous a guidé vers le tennis de table. Nous avons pratiqué chaque jour et chaque semaine pour progresser.

Et qui est le meilleur d’entre-vous ?

Noshad : Parfois il gagne, parfois je gagne. C’est du 50-50. Il est meilleur dans la réalisation des exercices à l’entraînement.

Nima : Nous jouons depuis tellement longtemps ensemble qu’il est bien difficile de surprendre l’autre.

Comment sont soutenus les joueurs talentueux en Iran ?

Noshad : Heureusement, la Fédération internationale de tennis de table nous a permis de participer à des stages et à des tournois. L’ITTF a noué aussi une relation étroite avec l’Académie de Werner Schlager, avec l’aide aussi de Afshin BADIEE qui est le vice-président de la fédération de tennis de table asiatique. J’ai pu atteindre mon meilleur niveau mondial avec l’aide de la WSA. J’ai aussi battu TANG Peng.

Nima : Notre père et la famille nous ont toujours soutenus. Vous savez, ce n’est pas facile de soutenir tant de joueurs dans un si grand pays comme l’Iran. Pour la plupart, les joueurs sont soutenus par leur famille. Mais il y a un grand soutien pour l’équipe nationale. Les juniors participent par exemple au programme « ITTF Hopes ».

Qui sont et qui ont été vos idoles en grandissant ?

Noshad : Je n’ai jamais vraiment eu d’idoles. Mais si je dois en choisir un, je choisirais Kalinikos KREANGA.

Nima : Mon joueur préféré est MA Long.

Iran1

Noshad and Nima : les stars de l’équipe iranienne.

Comment est organisé le tennis de table en Iran, existent-ils des clubs et des ligues ?

Noshad : En fait le tennis de table est populaire en Iran. Il existe de nombreux de clubs et je crois que les gens apprécient ce sport de plus en plus. Plusieurs joueurs du top niveau international évoluent dans notre pays : des CHEN Chien-an, HUANG Sheng-Sheng ou Segun TORIOLA. Quelques bons joueurs chinois et nord-coréens étaient là auparavant. Nous espérons que nous sommes en mesure de maintenir ce niveau afin de disposer d’un championnat d’un bon niveau.

Nima : Oui, c’est possible de vivre du tennis de table en Iran. Ce sport a une longue tradition dans notre pays et par le passé le niveau a déjà été élevé avec la présence de joueurs de classe mondiale.

Qu’en est-il des jeunes joueurs ? Qui seront les prochaines stars en Iran ?

Noshad : L’ITTF essaie de faire autant que possible pour nous. Je ai eu la chance de participer au programme e « ITTF Hopes ». Surtout l’grandi avoir la possibilité de prendre part à des camps et des cours. Nous comptons sur les parents et la famille pour nos juniors. Mon père m’a appris à jouer au tennis de table. Cet exemple se applique également pour notre plus grand espoir Pourya Omrani. Nous pourrions encore améliorer se il ya plus de subventions. Si nos joueurs ont eu la chance de participer plus souvent dans un tournoi international, nous avons pu montrer notre potentiel.

Quel a été votre plus grand succès à ce jour et votre meilleur niveau de jeu ?

Noshad : j’ai obtenu mon meilleur résultat lors de la Coupe d’Asie 2013 et j’ai aussi atteint les 32e de finale lors des Jeux olympiques de Londres face à Timo BOLL. Je me souviens aussi du Championnat du monde junior, lorsque j’ai été en mesure de battre le Japonais Kenta MATSUDAIRA et de toucher pour la première fois à la notoriété.

Nima : Je pense qu’il s’agit de l’Open du Qatar il y a cinq ans.

Vous avez au l’opportunité de visiter de nombreux pays. Quel est votre endroit préféré ?

Noshad : Ici (à la Werner Schlager Académie), parce ce que c’est le meilleur endroit pour s’entraîner et bien se préparer. Il y a aussi des camps d’entraînement en Chine qui ont intéressants.

 

Quels sont vos points forts ?

Noshad : Le revers est mon meilleur coup. Je pense aussi que mon service est efficace. Beaucoup de joueurs me demandent si je suis droitier ou gaucher. (rires) Mon sentiment est que je sens plutôt bien la balle et tant mieux si cela plait au public.

Nima: Le service et le coup droit sont mes meilleures armes, mais aussi le Topspin et le contre topspin sont mes points forts. Je capable de jouer mieux que mon classement ITTF actuelle est, si je ne suis capable de jouer mon jeu. Mais il y a encore beaucoup de travail à effectuer à l’entraînement

Que faites-vous en dehors de tennis de table ?

Noshad : J’aime parfois jouer au foot.

Nima : J’aime aussi le football mais également sur la Playstation…

Quels sont vos objectifs futurs ?

Noshad : Nous aimerions disputer autant que possible les grands événements comme les Jeux olympiques ou les championnats du monde. Nous avons gagné contre l’Italie et perdu contre l’Inde lors du dernier Championnat du monde au Japon l’an passé. Nous n’avons pas pu aller plus loin dans le tournoi en raison d’un pourcentage de victoires trop faible. Nous sommes tout proches d’appartenir aux 24 meilleures nations du monde. Atteindre ce niveau là et participer aux Jeux olympiques sont nos plus grands objectifs.

Nima : Mon objectif est d’entrer dans le Top 100 du classement mondial de l’ITTF.

Y a t-il quelque chose que vous voulez dire à vos fans ?

Noshad : Merci pour votre soutien ! Si vous aimez le tennis de table, alors jouer aussi souvent que possible.

Nima : Juste jouer, jouer et jouer !

 

Vous voulez voir les frères en l’action et découvrir leur incroyable toucher de balle ?

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires