Chaque mois retrouvez un joueur du Team Butterfly dans l’intimité de sa compétition : il se raconte, il vous raconte son quotidien, il confie ses hauts et ses bas, ses certitudes et ses doutes sur une compétition qu’il a choisie de vous faire partager.

Il est 10 heures du matin le jeudi 26 février et je suis en voiture direction Orchies où vont se dérouler les Championnats de France seniors. Ce sont mes 4e Championnats de France seniors mais pourtant ceux-là se présentent différemment. Auparavant, j’étais junior et la pression n’est plus la même.

J’ai demandé à mon premier entraîneur du club d’Antony, Morad HOCINE, de venir me coacher. Il ne me suit plus au quotidien depuis quelques années mais nous avons toujours gardé contact et certaines habitudes entre lui et moi ne partiront jamais. Je lui suis très reconnaissante de ce qu’il a fait et de ce qu’il continue à faire pour moi. Un grand merci à lui !

Le programme est le suivant :

Jeudi midi : déjeuner avec la Team Butterfly (joueurs + dirigeants), j’en profite pour les remercier pour ce très bon déjeuner.

Jeudi après-midi 14h-17h : shooting photo avec la nouvelle collection Butterfly. Très bonne ambiance, tout le monde était très décontracté.

Jeudi 18-19h30 : séance d’entraînement avec Pauline, prise de repères et recherche de sensations.

Retour ensuite à l’hôtel pour le dîner et une bonne nuit de sommeil.

Vendredi : Lever aux alentours de 9h

received_10204017384377775

Avec Pauline CHASSELIN, le réveil musculaire. Selfie.

Réveil musculaire (footing + marche) de 11h à 13h. Si vous vous demandez pourquoi ça a été aussi long, la petite histoire c’est que l’on s’est perdu dans la ville de Douai après avoir tenté un raccourci pour rentrer à l’hôtel…

Arrivée à la salle vers 15h. J’ai commencé par prendre un peu la « température » de la salle. J’ai été très surprise par le nombre de personnes présentes dans l’arène dès le vendredi pour les poules. Ça promettait une ambiance de folie pour la suite et j’avais alors plus qu’une seule envie : rentrer dans l’aire de jeu et jouer au tennis de table !

Avec Pauline nous nous sommes échauffées assez longuement afin de préparer notre entrée dans le tableau des doubles. Le premier tour à 18h30 suivi du deuxième tour à 20h30 se sont soldés par deux victoires 3-0, assez tranchées, en notre faveur. L’objectif de la journée était alors accompli : atteindre les quarts de finale du double et le bonus a été de ne pas y avoir laissé trop d’énergie physique et mentale.

Ensuite diner au restaurant avec Pauline et Morad puis retour à l’hôtel.

Le tirage au sort du tableau individuel avait été fait dans l’après-midi, je savais donc que je jouerai face à Roza SOPOSKI le samedi à 11h45.

Individuelle_seizième. Championnats de France 2015.27 Fevrier-1 Mars 2015.Davo Pevele Arena.Orchies

Laura PFEFER. Photo Rémy GROS.

C’est une joueuse que j’ai régulièrement affrontée ces dernières années et même si j’ai plus souvent gagné, toutes nos matches ont toujours été très serrés, je m’attends donc à un premier tour difficile.

J’essaie de penser à mon match le moins possible dans la soirée. Il vaut mieux récupérer le plus possible car j’aurai tout le temps de me préparer le lendemain matin.

Samedi : Même routine que la vieille : réveil musculaire, petit-déjeuner, échauffement à la salle.

Enfin, il est 11h45 et le match commence. Je rentre de la meilleure façon possible dans ce match en menant 8-0 au 1e set que je remporte finalement 11-7. Le scénario a ensuite mal tourné car je n’ai presque plus mené au score jusqu’à 5-4 pour moi à la belle. Je faisais sans arrêt la course derrière et laissais de plus en plus d’énergie dans mes efforts pour revenir à égalité.

Je n’arrivais à imposer la pression de mon style de jeu qu’un set sur deux et cette irrégularité a profité à Roza qui a su saisir les opportunités. De plus, elle avait sûrement un ascendant psychologique sur moi grâce à sa qualité de balle en défense du point. Ces longs échanges lui permettaient à la fois de jouer avec le public et avec mes nerfs car chaque point perdu après 8 ou 9 frappes sur balles hautes augmentait petit à petit ma frustration et impactaient négativement ma confiance.

Nous sommes arrivées à 9-9 à la belle et c’est sûrement un mélange de fatigue et de doute qui m’a fait rate rune balle mi-haute courte que l’on pourrait appeler dans le milieu pongistique « une balle inratable ». Le dernier point a tourné en sa faveur avec une balle touchant le filet.

Je venais donc de perdre en 16e de finale des Championnats de France… grosse déception et frustration sur le coup, je ne pouvais plus revenir en arrière et il me fallait l’accepter !

A peine 15 minutes plus tard, me revoilà dans l’arène pour jouer le quart de finale en double. J’ai tout juste eu le temps de prendre un peu l’air et d’oublier la défaite pour l’instant, j’aurai tout le temps d’y repenser plus tard.

Ce quart de finale a été l’un de nos meilleurs doubles que l’on n’ait jamais fait, nous étions toutes les deux à 200% et nous l’avons remporté 11-9 à la belle alors que nous menions 2 sets à 0. Agnès LELANNIC et YANG Xiaoxin n’ont jamais abandonné et il faut dire que le public était derrière elles puisqu’elles jouent dans la région.

podium_France-RG

Médaille de bronze en double avec Pauline CHASSELIN. Photo Rémy GROS.

Nous nous sommes finalement inclinées logiquement 3-1 en demi-finale sur les futures championnes de France Carole GRUNDISCH et LI Xue.

Cette médaille est une grande satisfaction pour moi car c’est la 1e que j’obtiens en seniors et je vais continuer de travailler afin qu’elle soit le début d’une longue série.

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires