Adrien Mattenet est revenu des Jeux européens de Baku médaillé d’argent. Avec leurs mines déconfites sur le podium, les Français n’ont pas semblé submergé de bonheur par leur médaille décrochée dans l’épreuve par équipes. Adrien revient ici sur les temps forts de cette compétition et il évoque aussi son avenir. Car après cinq semaines de trêve, Adrien retrouvera son camp de base de Sarrebrück où il sera accompagné de son entraîneur personnel.

Quel bilan tires-tu de ta 1e saison avec le club allemand de Sarrebrück ?
Au niveau des résultats des l’équipe, nous avons atteint les objectifs du club avec les quarts de finale de la Ligue des Champions, la demi-finale de la Coupe d’Allemagne et les demi-finale des play-offs de la Bundesliga. Au niveau de mes statistiques, ce n’est pas ce que j’attendais : je qualifierai ma saison de moyenne moins. Je ne suis pas satisfait car il n’a pas manqué grand chose pour aller gratter une finale, voire un titre.

MATTENET_A_FRA2015_G94F4491

Ludovic Jaumotte a accompagné Adrien pour son premier titre de champion de France senior.

Comment se présente la nouvelle saison ?
Nous avons rendez-vous le 3 août pour la reprise de l’entraînement. L’équipe enregistre l’arrivée de l’Italien Leonardo Mutti en n°4. Tiago Apolonia et Bojan Tokic seront aussi de la partie et Slobodan Grujic demeure le manager du club.

Avec Slobodan Grujic, as-tu trouvé un entraîneur à ton écoute ?
Grujic suit l’ensemble du groupe et anime les séances. Il laisse une grande liberté dans le contenu et s’adapte à chacun. Il manage très bien le groupe et l’équipe pour les rencontres. Au centre d’entraînement, il y a une grande densité de jeunes joueurs qui nous aident beaucoup pendant les séances. L’organisation générale est vraiment excellente.

Quels ont été les apports pour ton jeu ?
J’ai trouvé de la stabilité dans mon entraînement et dans mon quotidien. Je sais dans quelle direction je veux aller. Mon coach, Ludovic Jaumotte, va venir s’installer à Sarrebrück afin d’effectuer un travail plus suivi et plus précis sur moi, sur mon tennis de table. J’ai bien sûr demandé au club qui m’a donné son aval. Tiago Apolonia fonctionnait ainsi l’an passé avec son entraîneur chinois. Il y a deux créneaux quotidiens à la salle dans lesquels nous avons carte blanche. Bien sur nous pouvons venir 7 sur jour 7 et même en dehors de ces créneaux. À l’Insep, ce n’est pas possible de fonctionner ainsi.

Il t’a accompagné à Orchies avec au bout le titre…
Nous avions effectué une semaine de stage à Sarrebruck avant les France pour préparer la compétition et cela s’est bien passé. Depuis plusieurs années, il a prouvé sur le terrain qu’il voulait faire plus au contact des meilleurs et il s’inspire aussi de mes témoignages sur mes entraîneurs précédents. C’est une compétition référence pour moi. J’ai joué mon ping et c’est passé. Il y avait une certaine confiance et une synergie. Ces moments de partage, des choses amusantes aussi, on ne les oubliera jamais.

Mattenet-044Évoquons maintenant les Jeux européens avec cette médaille d’argent qui n’a pas déclenché d’effusion de joie…
Face à la Grèce, je remporte mes deux simples puis en quarts face à la Biélorussie, je lance bien l’équipe en battant Evgueny Chtchetinine. Un match au cours duquel il y a eu un échange avec 143 touches, soit le rallye le plus long de la compétition. Je gagne 14/12 à la belle mais j’ai toujours été devant. Manu Lebesson a joué à un super niveau pour battre Samsonov puis Ovtcharov. Pour ma part j’ai perdu face à ce dernier puis face à Apolonia. La feuille de match de la finale m’a envoyé affronter Geraldo que j’avais perdu il y a deux mois. Bref, des victoires, des défaites dont une contre, soit un bilan correct au sein de l’équipe. C’est notre première médaille depuis 2009.

Est-ce le fait d’avoir battu une équipe d’Allemagne largement amoindrie qui a atténué votre joie ?
Je me suis contenu, comme mes coéquipiers. Idem après la finale… Disons que la gestion de la journée avant la finale avait été particulière. Nous avions directement rendez-vous au bus… Bref, on a remporté la médaille d’argent et on devrait être content : c’est impossible de faire des têtes d’enterrement.

Quel est ton programme estival ?
Je compte bien profiter de mes 6 semaines de liberté à côtoyer mes amis, ma famille, à changer de lieu. Je suis en vacances mais en réalité à mi-temps. Le matin je fais du sport et l’après-midi je varie les activités. Ainsi je suis allé à Villeneuve-sur-Lot la semaine passée car Julien Girard avait promis de m’inviter au resto ! J’ai l’expérience de la préparation des J.O. de Londres et je sais qu’un an avant il faut se régénérer car ensuite on rentre dans un cycle infernal. J’ai programmé un stage d’oxygénation en Savoie où je pourrai faire quelques séances au TT Annecy avant de revenir à Sarrebrück. Mon programme des prochains mois est ficelé, y compris mes sorties sur le Pro-Tour où je suis soutenu par Butterfly pour atteindre la qualification aux J.O. de Rio.

Championnats de France 2015.27 Fevrier-1 Mars 2015.Davo Pevele Arena.Orchies

Sacré champion de France 2015 à Orchies.

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires