Sociétaire de la VGA Saint-Maur, Chloé Chomis a suivi sa sœur aînée Marion et son père Philippe, entraîneur et moniteur pour les écoles de la commune du Val-de-Marne. Sacrée championne de France minimes cette année, elle poursuit son apprentissage au pôle espoir Île-de-France et à la VGA Saint-Maur. À seulement 12 ans, elle fait preuve de maturité et semble épanouie dans le projet qui concerne toute la famille.

SONY DSC

Chloé Chomis, championne de France minime 2015.

11/9 au 5e set. Le 31 mai dernier, Chloé Chomis (née en 2002) remportait le titre de championne de France minime face à la tenante du titre, Prithika Pavade (née en 2004) après deux médailles consécutives de bronze dans la catégorie benjamine. « Je suis très heureuse d’avoir remporté le titre face à Prithika car cela faisait longtemps que je ne l’avais pas battue. Alors réussir ça en finale… » Un match décisif où son tempérament de compétitrice a fait mouche. « Je suis une combattante. J’aime la compétition et me dépenser physiquement. »

Avant cette finale, les deux copines avaient du changer leur routine. « Jusqu’à la finale on s’échauffait ensemble. Philippe, mon père qui est aussi mon entraîneur, a trouvé un garçon gaucher avec un jeu qui ressemble à celui de Prithika. Cela m’a aidé et donné la niaque. » À la descente du podium, la médaille d’or autour du cou, Chloé est songeuse : « j’ai eu peur qu’avec Prithika notre relation change, que l’on ne s’entende plus comme avant. Mais dès l’entraînement suivant, c’était réglé ! se réjouit l’adolescente passionnée par le ping : « je suis née et j’ai grandi dans l’ambiance du ping. J’ai commencé à jouer dès que j’ai été assez grande pour prendre une raquette en main. »

SONY DSC

L’emploi du temps de Chloé est organisé autour du tennis de table.

L’emploi du temps de la championne de France est réglé comme du papier à musique. « Je suis les cours par le CNED avec le soutien d’Acadomia. » Une formule gagnante pour l’adolescente qui possède une année d’avance et qui sera en 4e à la rentrée 2015. « Je m’entraîne le midi avec mon père à Saint-Maur puis vers 16h il me dépose au pôle dans le 13e arrondissement de Paris puis ma mère vient me chercher vers 18h30, raconte Chloé. « Nous travaillons ensemble le midi mais le tennis de table se nourrit d’opposition et d’échanges et nous ne souhaitions pas fonctionner en vase clos, avance le papa, Philippe. Je dois dire que nous travaillons en bonne intelligence avec les entraineurs du pôle. Jusqu’à présent le parcours est plutôt positif avec un travail scolaire de grande qualité que nous avions déjà mis en place avec Marion. Franchement, avec le CNED et Acadomia, j’encourage tous les parents à faire profiter d’une telle structure » Médaillée aux championnats de France dans les catégories jeunes (notamment vice-championne de France cadette en 2011), Marion s’est aujourd’hui orientée vers des études de médecine. Chloé est totalement investie dans le projet : « je rêve de disputer les JO mais d’abord mon rêve est de rentrer à l’Insep et cela ne pourra pas se produire avant trois ans. » Fan de la petite perle japonaise Mima Ito « elle joue aussi avec un soft en revers et elle m’inspire », elle apprécie aussi Pauline Chasselin.

La concurrence avec Prithika a un effet stimulant. « Prithika est un phénomène, estime Philippe Chomis. Depuis trois ans Chloé et Prithika croisent le fer en compétition et s’entraînent désormais ensemble au pôle. J’apprécie beaucoup son entraîneur Nicolas Greiner, par son humanité et sa compétence, qui contribue à l‘explosion de Prithika. Il est aussi soucieux de permettre à Chloé de progresser et on se nourrit les uns des autres. » Un subtile équilibre et un solide investissement familial permettent à Chloé de vivre sa passion sans négliger son parcours scolaire.

L’analyse de Nicolas Greiner

SONY DSC

Nicolas Greiner

Récompensé par Butterfly avec le Trophée du meilleur entraineur espoir 2014 (pour la progression de Prithika Pavade), Nicolas Greiner intervient sur l’entraînement de Chloé Chomis au pôle espoir d’Île-de-France managé par Christian Vulgaire. Il décrit le système de jeu des deux fillettes et évoque les pistes d’évolution.

« À cet âge là, tous les coups ne sont pas maîtrisés. »

Chloé : elle joue avec un soft en revers et un Tenergy 80 FX en coup droit. Elle joue près de la table et son jeu est basé sur la contre initiative. Son registre s’inscrit dans la vitesse et la percussion. Elle laisse son adversaire démarrer et essaie de la contrer en force. Dans la diagonale revers elle utilise bien le soft et elle a progressé en coup droit. Elle sert plutôt long afin de lancer le jeu.

Prithika : son jeu est opposé de part le fait qu’elle est gauchère, ce qui l’oblige à être meilleure en coup droit. Pour son jeune âge, son Topspin est très développé. Elle dispose d’un jeu classique de prise d’initiative : un service court avec un démarrage en accrochant la 1e balle. Son jeu est axé sur les variations et les placements. Enfin, elle essaie parfois de toucher plus tôt la balle en revers pour prendre son adversaire de vitesse. Elle utilise Tenergy 05 en coup droit et un Sriver G3 FX en revers

Les secteurs de progression :

Chloé : elle a engagé un gros chantier en coup droit avec beaucoup de changements pendant l’année : elle est en nets progrès avec son Topspin du coup droit. Elle a corrigé une préparation un peu trop ample jusque là : nous avons pu le constater en finale du championnat de France face à Prithika. Elle continue à bien avancer en revers avec le soft : un secteur dans lequel elle marque déjà beaucoup de points. Enfin, elle a réalisé de gros progrès dans la qualité des services avec une bien meilleure production d’effets car elle n’en mettait pas assez auparavant et subissait parfois les retours de ses adversaires.

Prithika : en coup droit, son coude est encore un peu derrière elle : c’est gênant pour prendre la balle plus tôt. Elle a parfois du mal à basculer sur la liaison coup droit – revers. Elle se déplace de mieux en mieux et elle utilise bien son bassin et ses jambes : elle a débuté le travail physique avec des séances spécifiques afin de développer le goût de l’effort. Prithika a corrigé son geste en bloc revers où sa main était un peu basse ce qui entraînait une pointe de raquette un peu basse.

Revoir la finale minime du Championnat de France 2015 entre Chloë Chomis et Prithika Pavade.

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires