N°201 mondial il y a seulement un an, Antoine Hachard pointe désormais au 92e rang grâce à des performances régulières qui lui valent enfin d’être sélectionné en équipe de France senior. Son exil au Danemark, son choix de rejoindre Julien Girard au PPC Villeneuve, montrent toute la détermination du jeune homme qui a pris sa carrière en main. Il raconte ici avec passion ses 11 semaines passionnantes en Asie. À lire aussi Antoine Hachard en 11 points.

9 juin 2015 : Point de départ Saint-Chaptes (Gard), petite ville de 1.743 habitants

10 juin 2015 : Point d’arrivée Hangzhou (province de Zhejiang) petite ville de 8,7 millions d’habitants.

Après plus de 20 heures de voyage (voiture, avions et bus) j’arrive enfin à destination, au centre d’entraînement de Zhejiang Hangzhou. Une fois sur place, je rejoins un appartement et retrouve mon colocataire Paul Gauzy. A peine entré dedans, on réalise un check-up pour vérifier que tout « fonctionne ». Ensuite, à 08h20, vient le premier entraînement sur place. Première séance, première impression, première sensation… Bien évidement mon niveau n’était pas au rendez-vous, je n’étais pas le plus performant de l’histoire ! Ceci étant dit, la salle était sympa, les installations sont semblables à celles que nous avons en Europe. Un seul point négatif : la température qui avoisine les 30°C matin, midi et soir. Après cette séance, je visite ce grand centre sportif et me familiarise avec ce nouvel environnement. Il m’a fallu quelques jours pour m’adapter au décalage horaire, aux conditions climatiques et au rythme d’entrainement. Au bout d’une semaine sur place, je me sens bien et trouve enfin mes repères à l’entraînement comme en dehors.

JOURNEE TYPE :

  • 8h20 à 10h 30 ping (4 exercices de 10 minutes)
  • 10h30 à 11h15 Travail physique 2/3 fois par semaine
  • 11H30 repas
  • 14h40 à 17h30 ping 3 exercices et panier de balle (car en Chine ils aiment le panier de balle !)
  • 17h45 repas
  • 18h45 à 20h séance de travail technique ou service (mardi et jeudi) facultative

Je suis maintenant dans la dernière ligne droite avant le Pro Tour de Corée-du-Sud, qui se déroule du 1 au 5 juillet à Incheon à coté de Séoul. Il me reste une semaine pour affiner ma préparation. À l’entraînement, je consacre plus de temps sur des exercices de services/remises et peaufine mes enchainements. Pour être au maximum, je ralentis le nombre d’heures d’entrainement (35h à 30h) pour arriver frais à la compétition.

PRO TOUR DE COREE : 1er au 5 juillet

Le 29 juin, je pars pour la Corée-du-Sud avec 2 jours pour m’entrainer sur place avant le début de l’épreuve. La compétition passe à une vitesse éclaire… 7 jours plus tard je rentre en Chine avec un grand sourire car je viens de réaliser mon meilleur résultat en Pro tour SUPER SERIES. Je bats le coréen Kim Minhyeok (n°106), l’égyptien Assar (n°37) et le japonais Matsudaira Kenta (n°26). Je m’incline en quarts de finale contre le coréen Jang Woo Jin (N°79).

En plus de ces bons résultats sportifs, j’ai pu voir mes potes de toujours que je n’ai pas trop le temps de voir depuis que je vis au Danemark (1 an). J’ai pu également gouté à la nourriture locale et surtout au barbecue Coréen que je conseille à tout le monde, si vous aimez manger épicé bien sûr ! Je rentre donc avec un bilan plus que positif, des souvenirs pleins la tête et de la confiance pour entamer la seconde partie de mon périple.

Une fois arrivé à Hangzhou, je me repose 2 jours pour recharger les batteries et prendre le temps d’analyser ce tournoi. Je me dis qu’il faut garder ce cap que je vise à l’entrainement et qu’il ne faut pas chercher à changer quelque chose alors que tout roule !

Après ces quelques jours de repos, mon stage reprend son cours pour 3 semaines d’entrainements avant la prochaine étape qui est le Pro Tour de Chine. Je reprends alors mon rythme hebdomadaire avec 6/7 heures d’entraînements pendant 6 jours par semaine, avec un jour de repos le dimanche. J’axe mes séances sur les techniques de déplacements. Je m’attendais à ce que cette partie du stage soit la plus dure dans la tête mais finalement ces quelques semaines sont passées très vite. J’ai eu à peine le temps de visiter la ville de Shanghai.

Le 27 juillet, j’attaque ma dernière semaine à Hangzhou, impatient de décoller pour le Pro-Tour de Chine, de découvrir ces salles remplis de supporters ou l’ambiance est extraordinaire, dans ce pays où le tennis de table est roi. À peine Le temps de remercier tout le monde au centre d’entrainement et me voilà déjà parti pour Chengdu, ville hôte du Pro-Tour de Chine qui se déroule du 5 au 9 août.

PRO TOUR DE CHINE : 5 au 9 août

En arrivant à Chengdu je retrouve immédiatement mon pote d’enfance Benji (Benjamin Brossier) avec qui je vais jouer les doubles. On va rapidement à la salle et on découvre cette magnifique enceinte avec des tribunes en hauteur, très proches des tables synonymes d’une ambiance magique.

Le mercredi 5 aout, la compétition commence, je gagne mon premier match 4-2 contre un Hongkongais dans le tableau élite, et regagne à nouveau contre ce même joueur 3-0 en tableau -21 ans le jeudi matin. Un peu plus tard je joue contre Jang Woo Jin le Sud-Coréen que j’ai perdu 1 mois plus tôt en Corée. Je réalise un bon match, en étant stable et gagne 4-1 : revanche prise !

Quelques heures plus tard mon coach vient me dire que le tirage au sort pour le tableau final sénior a été effectué et que je joue Ma Long, le n°1 mondial et champion du monde en titre. Je suis content car ça va être une superbe expérience d’affronter le meilleur joueur actuel et en plus chez lui en Chine.

RDV donc le vendredi pour les doubles en 8èmes de finale face à deux Taïwanais et en 16èmes de finale contre Ma Long. Malheureusement nous perdons 3-2 en double face à une des meilleures paires de double. Je n’ai pas trop le temps de penser au double car je file directement au vestiaire pour préparer pour mon prochain match qui commence dans quelques minutes. Après plus de 50 minutes de bataille acharnée je m’incline contre le numéro 1 mondial : 4-2 en menant 2-2 10-9.

Deux sentiments m’habitent alors à la sortie du match, le premier est la déception vu la physionomie du match, j’aurais pu espérer mieux, le deuxième est le plaisir que j’ai pris à jouer contre lui et la satisfaction d’avoir pu rivaliser, ce à quoi je ne m’attendais pas avant le match.

Le Pro-Tour de Chine est alors terminé, j’ai 2 jours à Chengdu pour récupérer et préparer la dernière étape de mon périple asiatique : la 2ème division chinoise.

Je quitte Chengdu et son ambiance magique avec tous ces fans qui sont tellement contents de voir du tennis de table. Ca fait réellement plaisir de jouer dans des conditions pareilles, ces moments passés à manger des Dan tchao fan (riz complet avec un œuf) et bien évidemment d’avoir pu prendre ma revanche contre le Sud-Coréen et de m’être confronté à Ma Long.

DEUXIEME DIVISION CHINOISE : 3 au 9 août

Encore une journée de voyage en avion, train et bus pour rejoindre cette ville enfoncée à plus de 8 heures de Pékin en train. Dans ce genre de ville, les habitants n’ont vraiment pas l’habitude de voir des étrangers alors ils sont tous surpris lorsque je débarque à la salle, ils essaient de prendre des photos, vous regarde fixement pour vraiment voir si vous êtes vraiment vivant ^^ ça peut paraitre gênant au début mais finalement ça devient marrant.

La compétition se dispute par équipes et se déroule pendant 1 semaine.

Après 8 rencontres jouées, nous terminons 17ème sur 32 et je finis avec 6 victoires et une défaite. La compétition était très intéressante pour plusieurs raisons. D’une part le niveau de jeu et l’ambiance encore une fois et d’autre part pour le nombre de joueurs avec des systèmes de jeu différents : défenseurs, softs, picots, porte-plume…

C’était une nouvelle fois une bonne expérience ou j’ai enchaîné deux compétitions importantes tout en gardant un niveau de jeu satisfaisant malgré la fatigue mentale et physique.

FIN DU PÉRIPLE ASIATIQUE : 17 août/08

En ce 17 août, mon périple asiatique touche à sa fin. Je prends alors la direction de Pékin pour prendre mon vol retour le lendemain matin. Une fois arrivé là-bas, j’ai le temps de passer une journée dans les rues pékinoises avec mon ami « Vico » (Victorien Le Guen) qui étudie et habite à Pékin. Après 2 mois et demi de vie asiatique, c’est un réel bonheur de retrouver un Français et parler sa langue maternelle !!

Le 18 août, je me retrouve à bord de l’avion A 380 en direction Frankfurt puis de Marseille. C’est à ce moment précis que je réalise que cette aventure en Asie s’achève. Je rentre en France avec des dizaines de souvenirs en tête.

J’ai vraiment passé 2 mois et demi très formateur tant sur le plan sportif que humain. Les Chinois ont une culture tellement différente de la nôtre. Ils sont bienveillants, ils n’hésitent pas à vous inviter à manger et à partager avec vous tout ce qu’ils ont même s’ils vous connaissent depuis seulement quelques jours.

Ce stage riche en résultats sportifs, en émotions et en rencontre est tout simplement une des meilleures expériences de ma jeune carrière.

Je souhaite donc remercier mon entraineur au Danemark He Keyi qui m’a permis de mettre en place toute cette période en Asie, également mes amis et coéquipiers Zhai , Benji, Paul, Chenito et toutes les personnes que j’ai rencontrées et avec qui j’ai partagé des super moments…

Hachard_Chine_01 Hachard_Chine_02

Maintenant c’est parti pour 20 heures de vol ! Et quelques jours de repos avant de repartir pour une nouvelle saison d’entrainements au Danemark et de compétitions…

 ZAIJIAN HE SE NIN DE DAOLA

Antoine HACHARD – 29 août 15

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires