Citer un grand défenseur contemporain ? Un nom émergera en priorité pour tout le monde : le Sud-Coréen Joo Sae-hyuk. Retour sur sa carrière, ses débuts, son apogée et aujourd’hui son statut de grand frère au sein de l’équipe sud-coréenne.

Ses débuts

Joo WM Tokyo_3

La posture classique du défenseur

Joo, son nom de famille. Sae-hyuk, de son prénom, est né à Séoul (Corée-du-Sud) le 20 Janvier 1980. Il est connu et reconnu comme un joueur défensif très solide et fiable, possédant un style de jeu tout à fait unique avec une capacité unique à passer de la défense à l’attaque. Joo Sae-hyuk a gagné une certaine reconnaissance à partir de ses 17 ans. Il faisait alors partie de l’équipe sud-coréenne aux Championnats d’Asie jeunes où elle remporta le titre. Dans le même tournoi, il est également monté sur le podium en simple. En 2001, Joo Sae-hyuk a progressé et atteint pour la première fois la finale d’un événement majeur : l’open du Japon.

La percée

Bien que Joo Sae-hyuk commence à disposer d’une certaine notoriété sur la scène internationale, il n’est pas encore en position de faire partie des joueurs du gratin mondial… Jusqu’à sa participation aux Championnats du monde 2003 où il est devenu un joueur majeur.

Le premier fait marquant de la carrière de Joo fut son extraordinaire victoire en quarts de finale face au Chinois Ma Lin. Une victoire obtenue 4/3 (13-11, 10-12, 8-11, 11-9, 6-11, 11-8, 11-9) face à l’une des stars chinoises. Joo a attiré la lumière à lui dans une arène de Bercy en feu devant son jeu spectaculaire : plus tard le public français pourra l’admirer sous le maillot de Levallois. Ses performances répétées, son exploit devant Ma Lin, ont attiré l’attention de tous et en particulier de l’entraîneur en chef Liu Guoliang.

Revivre le quart de finale face à Ma Lin lors du Mondial 2003 à Paris :

Liu Guoliang n’a pu que constater la pression subie par Ma Lin, dernier joueur chinois de cette demie partie de tableau. Ma Lin n’a pas eu son rendement habituel et Joo Sae-hyuk l’avait remarqué : il a bien profité de l’opportunité.

« Joo Sae-hyuk a bien joué et a produit des coups d’attaque remarquables. Il est clair qu’il a fait preuve de plus d’audace que Ma Lin car malgré son style de jeu défensif. Il a pris de gros risques », commentait alors Liu Guoliang.

Mis à part Ma Lin, Joo Sae-hyuk a également battu à Paris de nombreux joueurs experts sur le jeu de défense, comme Alexey Smirnov, Li Ching, Chuang Chih Yuan, et bien sûr Kalinikos Kreanga en demi-finales. Ces performances lui ont permis de devenir le premier défenseur à atteindre la finale depuis 1969. À partir de ce moment là, il est considéré comme un joueur sur lequel il faudra désormais compter.

Werner Schlager - World Champion 2003

Werner Schlager – Champion du monde 2003

Bien que Joo Sae-hyuk, à 23 ans, soit arrivé en finale avec toutes ses armes, il n’a pas réussi à perturber l’Autrichien Werner Schlager. Il s’inclinera finalement en cinq sets. « Bien sûr que je suis déçu mais avoir atteint la finale me rend déjà très fier », déclarait Joo Sae-hyuk à la sortie de la finale et avant de féliciter son adversaire.

Quatre ans après son formidable parcours à Paris, Joo Sae-hyuk se marie le 14 Avril 2007 avec sa petite amie de longue durée, à Gangnam, tout près de Séoul.

Sur la scène internationale, Joo Sae-hyuk continué d’être un adversaire redoutable pour ses adversaires, à l’instar de Timo Boll, en particulier pour les joueurs chinois.

Il réalise une série de performances impressionnantes sur les opens du Koweït et Qatar Open où il a battu Wang Liqin et Chen Qi et poussé dans ses retranchements Wang Hao. Il incarne la quintessence du défenseur solide.

Un diagnostic modifie sa carrière

14058906305_6c6df214e0_o

Joo Sae-hyuk en 2014

Cependant, au delà de tous ces bons résultats, Joo Sae-hyuk a du faire face à un autre défi dans sa vie personnelle et sportive, à partir de 2012. Il a subi un check-up pour une blessure à la cheville et a découvert qu’il souffrait de la maladie de Behcet. Une maladie rare qui provoque des ulcères. Malgré ces complications, Joo Sae-hyuk est resté déterminé à travailler dur pour que la maladie ne prenne pas le dessus sur son existence et sa vie de sportif de haut niveau. Actuellement, Joo Sae-hyuk se voit administrer un traitement de glucocorticoïdes. « Quand il y a un problème, je dois prendre des médicaments tous les jours. Il y a des moments où je ne peux pas manger. Mais maintenant, mon corps va mieux et cela n’affecte plus mon jeu », a rapporté le vice-champion du monde 2003.

Joo Sae-hyuk est l’un des joueurs les plus talentueux et dévolu au tennis de table. À 35 ans, il est toujours actif sur la scène internationale amis uniquement pour l’équipe sud-coréenne. « J’adore le tennis de table. Les résultats des jeunes joueurs masculins de l’équipe sud-coréenne ne sont pas forcément très bons jusqu’à maintenant et je souhaite les aider. »

Les autres grands joueurs de sa génération, Ryu Seung-min (Champion olympique 2004) et Oh Sang-eun ont déjà pris leur retraite. Mais pour lui, il y a un bonus. « Je pense que je peux encore jouer pendant un ou deux ans de plus. Je vais disputer les Championnats du monde par équipes l’année prochaine (2016) mais je ne sais pas encore pour les épreuves individuelles », a t-il expliqué. Alors sera t-il candidat aux Jeux olympiques de Rio ? « Non, non et non, affirme t-il. Je vais laisser les plus jeunes entre eux. Ils sont en pleine progression et de mon côté mon niveau baisse. »

Joo Sae-hyuk a fait un merveilleux voyage dans le tennis de table. Bien qu’il n’ait pas remporté de titre mondial, il a inscrit son nom dans les livres d’histoire du tennis de table. Il est considéré comme l’un des défenseurs légendaires de la discipline.

Joo utilise le bois Butterfly FL Joo Sae-hyuk avec Tenergy 64 rouge de 2,1 mm

Adapté par Sebastian Hallen et traduit par Hubert Guériau

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires