Richard Prause

Richard Prause

« Ah d’accord, Richie Prause quitte la WSA pour devenir le Directeur Technique National de la Fédération allemande de Tennis de Table. Mais alors que va devenir la WSA ? » C’est la question que j’ai beaucoup entendu ces derniers temps. « Est-ce que tout sera pareil et tout ira bien ? » Laissez moi vous dire une chose : rien ne sera pareil mais tout sera meilleur qu’auparavant. Mon collègue, Martin Soroes que j’estime profondément, vous expliquera les détails de cette passation. Merci pour tout !

Ce sera un centre de tennis de table !

WSA_Halle_030_small

La salle spécifique de la WSA.

D’abord il y a eu une vision, puis une idée devenue un projet.

Le 11 janvier 2011, la Werner Schlager Academie (WSA) ouvrait pour la première fois ses portes à Schwechat, tout près de Vienne.

Tous étaient pleinement impliqués sur les exigences : afin d’être véritablement professionnel, un centre d’entraînement international de de Tennis de Table se devait d’être soutenu et accompagné par des partenaires de tout premier rang parmi lesquels : l’ITTF, l’ETTU ou Butterfly.

Un sacré concept

Une salle spécifique et permanente de 35 tables équipée d’un sol sportif, une lumière parfaite, une salle de préparation physique complète avec des préparateurs physiques, un espace dédié aux soins et à la kinésithérapie, un restaurant et à deux pas une supérette ! Et pas moins de 40.000 balles chaque année !

WSA Multitraining

La salle de préparation physique de la WSA.

Plus important encore que les aspects matériels et des bons partenaires, c’est la qualité du staff qui fait briller la WSA :  nous avions besoin d’avoir les meilleurs, les meilleurs entraîneurs au monde.

Afin de nous aider à recruter les meilleurs coaches, notre point de départ a été la collaboration avec Mario Amizic, un coach très expérimenté, un gourou ! Il a répertorié les perles à partir d’un  principe simple : nous avons besoin des meilleurs en Europe.

Fier, bien sûr !

Naturellement tous les meilleurs ne travaillent pas tous à la WSA, néanmoins nous sommes fiers de notre équipe :

Dirk Wagner

Dirk ou le coach qui a une grande part de responsabilité dans tous les titres remportés par le club allemand du Borussia Düsseldorf, sur le plan national et international. Dirk Wagner, qui semble ne jamais se reposer, consacre toute son énergie à la WSA.

WSA_Trainer_small

Les coaches de la WSA : Fabian Becker, Mathias Habesohn, Werner Schlager, Tamara Boros, Provas Mondal, Mario Amizic, Richard Prause, Dirk Wagner, Dmitrij Levenko et Aya Umemura.

Tamara Boros

L’ancienne n°2 mondiale, Tamara Boros, est rapidement devenue l’une des coaches de référence au sein de la WSA en accompagnant des joueuses telles que Matilda Ekholm, Tamolwan Khetkuen, Marie Migot, Lea Rakovac ou encore Tetyana Bilenko.

Neven Cegnar

Il a aidé Tamara Boros a devenir une grande joueuse. Seven Cegnar a commencé à travailler pour la WSA lors de l’été 2015 en charge du département féminin.

Tous ont contribué à ce que la WSA devienne rapidement un acteur majeur dans le tennis de table international, reconnu par l’ITTF dans la catégorie A. L’équipe nationale de Chine n’est elle pas venue à la WSA afin de préparer les championnats du monde, pendant trois années consécutives ?

Nul doute que le meilleur joueur portugais, Marcos Freitas, a intégré le Top 10 mondial grâce à son travail avec les coaches de la WSA et des partenaires d’entraînement tels que Joao Monteiro, Mihai Bobocica, Robert Gardos ou Chen Weixing en plus de la venue régulière de Dimitrij Ovtcharov, Vladimir Samsonov ou Jun Mizutani. Presque toujours sous la direction d’un homme, qui, après cinq années de coach principal de la WSA, retourne à la maison, à ses racines en tant que joueur et entraîneur :

Richard Prause

L’ancien joueur puis entraîneur national de l’équipe nationale d’Allemagne masculine et féminine, il a été l’un des premiers membres de notre équipe et il a largement contribué au développement de la WSA.

Richard Prause a rarement été malade pendant ces 5 années. Il a toujours été disponible et n’a jamais fait semblant ou chercher à se mettre en retrait. Son but était de transmettre son énergie impressionnante sur les autres. La puissance de son investissement, son dévouement et le mélange réconfortant entre la passion et la compétence sont tout à fait exemplaires.

Et même si la fédération autrichienne ne pourrait pas forcément en convenir, la progression de Stefan Fegerl, de Robert Gardos et de Daniel Habesohn’s médaillés lors des Championnats d’Europe 2012 et 2013, rien  n’aurait été possible sans le travail quotidien de Richard Prause et de Dirk Wagner.

Richard Prause rentre à la maison, en Allemagne. La Werner Schlager Academy va demeurer une place majeure associant des joueurs de talent et des coaches de talent. On remarquera l’absence de Ritchie qui ne laissera pas un vide immense derrière lui mais sa signature et sa touche personnelle nous manqueront. Aussi son aura, son professionnalisme et son expertise.

La WSA conservera des liens et aura des échanges fréquents avec Ritchie. La WSA poursuivra bien évidemment ses partenariats avec l’ITTF, l’ETTU, la DTTB (fédération allemande), Richard Prause et Butterfly.

Bien sûr il ne s’agit pas d’une nécrologie mais une déclaration sincère et du fond du coeur de l’équipe de la Werner Schlager Academy : Merci pour tout, Ritchie.

Par Martin Söröes, manager général de la WSA.