Si vous essayez de tracer un graphique dynamique des performances de la Russe Maria Taylakova sur la saison passée, apparaîtra une ligne croissante avec son point culminant : le titre de championne d’Europe cadette décroché en juillet dernier à Bratislava.

Lors du championnat de Russie junior (-19 ans), Maria a terminé troisième avec une seule défaite (face à Daria Chrernova). Quelques semaines auparavant, elle avait déjà remporté le titre national cadet en s’imposant en finale devant Anastasiya Kolish. Les résultats sur ces deux compétitions ont démontré la montée en puissance de Masha sous la direction de son entraîneur, Victor Pavlenko.

Championne d’Europe cadette 2015 – « un titre presque attendu »

taylakova_3

Maria Taykalova – Photo Oleg Bozhko

Pour être tout à fait franc, la victoire de Maria Taylakova à Bratislava, était programmée. En outre, presque tous les spécialistes convenaient que Masha pourrait s’adjuger tous les titres de l’édition 2015 des CEJ. Malheureusement, Maria a échoué de peu à obtenir les quatre médailles d’or. Titrée par équipe, en simple et en double mixte, elle a seulement décroché la médaille de bronze !

Aujourd’hui, Maria Taylakova vit et s’entraîne à Samara. Elle est la n°1 incontestable en Europe chez les cadettes et possède plus de 150 points d’avance sur sa dauphine, Andrea Dragoman.

Le classement européen junior est éloquent : Maria Taylakova occupe le cinquième rang, en rendant entre 2 et 4 années à des joueuses qui la précèdent. Elle devance aussi largement les autres cadettes russes dans la hiérarchie européenne : Anastasia Kolisch (n°26), Kristinа Kazantseva (n°53) et Elina Rub (n°61). Autre exemple pour démontrer tout son potentiel : lors des qualifications de l’Open de Pologne, elle a poussé Carole Grundisch à la manche décisive !

Notre invitée aujourd’hui est la chef de file de la jeune équipe russe et elle est soutenue par Butterfly. L’interview de Maria Taylakova.

taylakova_2

Maria Taykalova – Photo Oleg Bozhko


Masha, dans quelles circonstances as-tu pris une raquette de tennis de table pour la première fois ? Quel âge avais-tu ?
Ma mère m’a emmené à un entraînement de Wushu mais nous n’avons pas pu participer. Il y avait une porte à côté qui conduisait à la salle de tennis de table. Voilà comment cela s’est fait… Et j’avais seulement 6 ans.

Te souviens-tu des émotions ressenties à ce moment ?
Pour être honnête, je ne m’en souviens pas.

Qui était ton premier entraîneur ?
Zykin Pavel Nikolaïevitch.

Lors des dernières CEJ à Bratislava, tu étais favorite de la compétition. Est-il difficile de jouer avec une telle charge psychologique ?
D’une part, j’ai confiance en moi, et de l’autre je sens que j’ai une grande responsabilité. Je le ressens à chaque compétition et notamment sur une épreuve tels que les CEJ.

Quel joueur de tennis de table est ton idole et pourquoi?
Je n’ai pas idoles. Je crois que vous devez toujours être vous-même. J’aime me comporter de la même façon que Jan-Ove Waldner et je l’aime le travail et l’investissement des Chinois.

Tu sembles parfaitement contrôler tes émotions à la table. Je ne t’ai jamais vu avoir le moindre mouvement d’humeur. Quelle est ta méthode pour rester calme et concentrée ?
Vous ne pouvez pas exprimer vos émotions pendant le jeu, quelles soient positives ou négatives. Je m’y suis habituée. Cependant, parfois, je pense que si je devais faire quelque chose hors de l’ordinaire pour gagner le match, ma raquette ferait le tour de la salle (rires).

Y’a t-il des moments où tu ressens de la lassitude ?
Je suppose que tout joueur finit par ressentir cela, pas à cause de la fatigue, mais plutôt de l’amertume de la défaite.

Arrives-tu à concilier le tennis de table et les études ?
Je manque cruellement de temps pour étudier. Peut-être qu’il est impossible de trouver un équilibre. Le tennis de table est toute ma vie et ma matière favorite est l’anglais qui est nécessaire pour les entraînements et les compétitions à l’étranger.

Quelle est la matière que tu apprécies le moins ?
Aucune !

Quelle qualité est nécessaire selon ton pour progresser à l’échelon supérieur ?
La déontologie.

Aimes-tu aller au cinéma? Quel est le dernier film que tu as vu ?
En fait, je ne me souviens pas la dernière fois que je suis allée au cinéma. En revanche je me souviens bien de la dernière vidéo que j’ai regardée : un Top 10 des plus beaux rallyes de tennis de table.

Es-tu particulièrement fatiguée par les voyages et les vols ?
Bien sûr, je suis fatiguée et j’i déjà fait un petit malaise à cause du décalage horaire.

On peut certainement dire que tu es une voyageuse aguerrie. Quel est ton pays préféré et Pourquoi ?
La Chine ! Se promener en soirée à Shanghaï est particulièrement chouette. Cependant, nous les athlètes, ne pouvons généralement apprécier seulement la beauté de l’aéroport et de la salle de sport 🙂

Quelle attention portes-tu à la nourriture ? Suis-tu un régime alimentaire particulier ?
Je mange tout ce qui se présente ! À Samara, les repas sont prévus par l’école et lors des compétitions, tout le monde mange la même chose.

Quel est ton plat préféré ?
J’en ai plusieurs : Solyanka, hachage, kebab et les aubergines cuites. J’aime aussi le poulet que ma mère cuisine souvent.

Combien d’heures par jour dors-tu ?
Je vais au lit à 22h et je me lève à sept heures. Donc 9 h de sommeil.

Quels sont tes sites web préférés ?
Facebook et VKontakte.

Est-ce que tu as un hobby ?
J’ai de la chance car le tennis de table est à la fois mon activité principale et mon loisir préféré.

Quels sont tes goûts musicaux ?
Je n’ai pas de style particulier. J’aime écouter la musique qui sonne bien.

Jusqu’à présent quelle est votre victoire la plus importante ?
Remporter le titre européen.

Quelles joueuses russes ou étrangères te posent le plus de problèmes ?
Ce seront mes futures adversaires…

Regardes-tu des vidéos de tes rivales avant le match ?
Surtout lorsque je les rencontre pour la première fois.

Combien de temps mets-tu à analyser une défaite ?
Tout peut arriver. Il est particulièrement difficile d’accepter que j’ai perdu par mes propres erreurs. Je regarde la vidéo pour revoir mes erreurs techniques ou tactiques. Tout devient clair alors.

Avec quel matériel joues-tu ?
Avec un bois Butterfly Innerforce ZLF et avec Tenergy 64 (2,1) des deux côtés.

Recherches-tu le meilleur matériel ou es-tu satisfaite avec le présent ?
Le choix du matériel est effectué en concertation avec les entraîneurs. Par exemple, l’an passé nous avons changé le bois. Aujourd’hui, je suis très heureuse avec mon matériel.

Combien d’heures t’entraînes-tu par jour ?
6 à 6h30 par jour, cinq fois par semaine. En Chine, j’ai réussi à m’entraîner trois fois par jour mais je ne pourrais pas tenir ce rythme toute l’année.

Quelle est selon toi la raison pour laquelle les joueuses asiatiques sont meilleures que les Européenne ?
Les Asiatiques possèdent d’excellents services avec derrière un premier coup très fort avec beaucoup de rotations.

Quelles sont les qualités les plus importantes chez une personne ?
L’honnêteté est importante ! Je n’aime vraiment pas les personnes hypocrites, qui parlent dans votre dos.

As-tu un rêve ?
Oui. Devenir championne olympique.

Quelles sont tes priorités des prochains mois ?
La tâche pour le futur proche est de mettre sur le rendement décent au Championnat du monde junior, si ils me prennent, bien sûr. La tâche suivante consiste à prendre le prix lors de la prochaine championnat d’Europe parmi les juniors, encore une fois, s’ils me prennent. Et bien sûr, grimper aussi haut que possible dans les classements mondiaux.

Peux-tu nous donner des conseils pour gagner et ne pas succomber à la pression ?
Je pense que les conseils universels n’existent pas.

Question traditionnelle. Quels sont tes conseils pour ceux qui débutent le tennis de table puis qui ont envie de progresser ?
Je ne peux donner qu’un seul conseil : travailler, travailler et travailler encore plus !

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires