Chaque mois, retrouvez notre rubrique « en onze points ». Benjamin Brossier, unique tricolore à participer à la grande finale du Pro-Tour au Portugal mi-décembre, joue onze balles avec vous !

1/ Pourquoi t’es tu engagé dans une carrière de haut niveau ?
– L’Aventure,
– La Gagne,
– Le Travail,
– Les Voyages,
– La Difficulté,
– La Discipline,
– L’Originalité,
– L’Adrénaline.
Voilà ce qui m’a motivé pour faire une carrière de sportif de haut niveau.

BROSSIER_012) Quelle est ta compétition favorite ?
Je n’ai pas de compétition favorite pour le moment. À chaque fois que je mets les pieds dans une aire de jeu, peu importe la compétition, c’est pour m’éclater et me réaliser. Cependant, il me tient très à cœur de devenir titulaire de l’équipe de France afin de participer aux Championnats d’Europe, du monde et Jeux Olympiques. Et de vivre des moments incroyables avec mes coéquipiers !

3) Comment prépares-tu une compétition ?
Lorsque le climat le permet, les 2/3 semaines qui précèdent la compétition, je me fais violence, je prends du rythme puis je calme petit à petit. La dernière semaine, celle qui précède la compétition, est souvent très calme. Je travaille mes schémas de jeu, les petits détails techniques et je fais en sorte que mon corps soit dans les meilleures conditions possible. Malheureusement, souvent les compétitions s’enchaînent. Alors, je m’adapte, je fais attention à mon corps, je réfléchis sur mon jeu, et j’essaye d’être au mieux avec les conditions du moment.

4) Quel est, selon toi, ton meilleur coup technique ou schème de jeu ?
Lorsque je peux organiser mon jeu dans de bonnes conditions, je peux être très dangereux avec mon coup droit. Souvent la première intention des joueurs que je rencontre est de me coincer dans le revers car ils craignent mon coup droit.

5) Quelles sont tes sensations avec la nouvelle balle ?
On s’y fait vite. J’ai simplement rencontré quelques problèmes en service. (Moins d’effet et moins de vitesse). J’ai du faire évoluer ma gamme.

6) Quelle est ta pire défaite ? Et ta plus belle victoire ?
J’ai eu plusieurs défaites difficiles. Ces derniers temps, la défaite contre Manu Lebesson au tournoi de sélection pour les Championnats du monde. Je perds 11/9 au 7ème. Je jouais très bien. La victoire me tenait très à cœur. Une place au monde se jouait sur ce match

7) Qui est ton adversaire favori ?
Plus belle victoire : ma première année à Angers, quand je sauve le club d’une position délicate vers la descente en gagnant le dernier match contre Yang Chen en étant mené 2/1, 6-2. C’était également ma première victoire en Pro A. J’ai eu bien sur d’autres belles victoires, comme celle au Qatar cette année. Gagner une compétition ce n’est pas rien!

8/ En moyenne, combien d’heures t’entraînes-tu par semaine ? Et en fonction des périodes ?
Quand il y a des compétitions et des matchs de Pro A c’est difficile à quantifier mais lorsque j’ai des périodes creuses sans compétition, je m’entraîne environ 40à 45h/ par semaine. Et sur une semaine qui précède la compétition, envrion 25h.

BROSSIER_029) Si tu devais proposer à quelqu’un de débuter le ping, que mettrais-tu en avant ?
– Le côté malin du jeu,
– La difficulté,
– L’esprit de groupe, car même si c’est un sport individuel, le tennis de table permet de créer de forts liens.
– Le spectacle, quand on regarde du haut niveau, c’est incroyable! Car aucun point ne se ressemble! Et c’est ce qui fait la beauté de notre sport.
Tous les jours je peux voir un point que je n’ai jamais vu auparavant. C’est magique!

10) Quand tu vois un nouveau joueur arrivé sur le circuit international ou dans le Championnat de France, que fais-tu ?
Je l’observe au cas où je serais amené à le jouer. Mais cela ne me perturbe pas spécialement.

11) Si tu dois affronter un ami ou un joueur avec lequel tu as des atomes crochus, comment fais-tu pour le considérer comme un simple adversaire
J’avais beaucoup de problèmes auparavant lorsque je jouais face à un Français ou devant un ami.
Depuis peu, j’arrive à faire la part des choses. Il faut se dire que malgré les atomes crochus, mon adversaire sera là pour me battre. Si je n’en fais pas autant, je n’aurais que mes yeux pour pleurer.
Cela ne nous empêche pas de rigoler en dehors. Mais à la table, on se doit de mettre l’armure.

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires