L’édition 2015 des Championnats du monde 2015 s’est déroulée à Mouilleron-le-Captif (Vendée) du 29 novembre au 6 décembre. Parmi les membres de le Team Butterfly, Pauline Chasselin nous fait partager de l’intérieur la préparation et la compétition. Il s’agissait de la dernière sortie en junior de la sociétaire du TT Metz avant son passage dans la catégorie senior.

Les Championnats du monde juniors se déroulent tous les ans à la même époque au mois de novembre-décembre. Cette année, il s’agissait des troisièmes et derniers pour moi puisque j’évoluerai au niveau senior à partir de janvier. Je suis très impatiente que l’épreuve débute : c’est toujours une chance de participer à un événement comme celui-là. Au Vendéspace, c’est plus grandiose encore que lors du championnat de France organisé il y a deux ans. C’est une salle magnifique et j’ai beaucoup d’attentes pour cette compétition d’autant plus que ma famille et mes amis viennent nous voir jouer.

Pour préparer au mieux ces championnats du monde juniors, nous avons participé à un long stage de préparation à l’Insep pendant 3 semaines environ. J’aurais évidemment préféré que ce soit ailleurs puisque je m’entraîne tous les jours dans cette salle, je dors dans la même chambre et je prends tous mes repas au même endroit !

PAULINE_CHASSELIN_10Bref, je ne me sentais pas vraiment dans le cadre d’un stage. J’étais un peu dans ma routine habituelle et j’estime que nous n’avons pas fait suffisamment de choses en commun. Je souhaitais un lieu neutre afin qu’on se retrouve vraiment ensemble. Cependant, le stage s’est bien passé, on a eu la chance d’avoir des relanceurs chaque semaine et aussi deux Chinoises présentes pendant tout le stage. On a peaufiné les détails jusqu’à la fin du stage et joué beaucoup de matches. Le club de Metz m’a aussi permis de disputer une rencontre de Pro A face à Quimper, juste avant le départ pour la Vendée et ce, afin de me remettre dans l’ambiance des matches. Car je n’avais plus disputé de compétition depuis le Championnat d’Europe senior au mois de septembre. Ces deux victoires m’ont vraiment remise en confiance avant ce Mondial !

Nous sommes donc sur le départ le vendredi 27 novembre. Les garçons partent en bus, nous les filles partons en train. Nous arrivons sur place dans l’après-midi et nous enchaînons par une petite séance pour connaître les premières sensations – très bonnes – dans la salle d’échauffement. La compète débute le lundi matin contre l’équipe suédoise. On prend le temps pendant ces 2-3 jours de prendre les repères dans la salle d’échauffement mais aussi de compète.

L’épreuve par équipe se déroule bien, on termine à la 5ème place avec une victoire finale sur Hong-Kong où je gagne mes deux derniers matches en juniors. Je suis très contente de finir avec cette place même si j’aurais évidemment préféré une médaille autour du cou. Je suis en pleine confiance pour l’épreuve du simple.

A cause des dramatiques attaques à Paris survenues le 13 novembre, certaines délégations n’ont pas fait le voyage pour ce Championnat du monde. Je suis tête de série n°15 au lieu de n°19. Je ne joue donc pas les qualifications et j’en profite avec Audrey pour me reposer et faire une petite séance dans l’après midi.

Le tirage tombe le jeudi soir : je joue une canadienne au 1er tour, elle a terminé 2e de son groupe. Je gagne 4-0 avec quelques difficultés puisqu’elle jouait sans pression et moi c’était mon 1er match en simple. Je suis donc qualifiée pour les 1/16 de finale le samedi à 9h30 contre une Nord-Coréenne. Je ne le connais pas, elle n’a pas un très bon classement mondial. Le soir, je ne suis pas obnubilée par ce match.

Journée du vendredi :

6h30 : réveil

6h45 : réveil musculaire et petit-déjeuner dans la foulée.

On part ensuite à la salle à 7h45, je m’échauffe avec Leili Mostafavi. Les jambes sont un peu lourdes ce matin, mais je n’y pense pas je me dis que c’est pareil pour tout le monde. Il est 9h10 et je dois aller déposer ma raquette puis me préparer physiquement et mentalement pour le match.

Je débute très bien le match puisque je mène 2-0. Mon adversaire a du mal à contrôler ma balle avec la rotation et la puissance, je sers bien aussi. Puis après elle s’habitue, elle commence à bien contrôler mes balles avec son soft en revers. Je cherche d’autres solutions mais je me crispe et j’en viens à être menée 2-3. Le match n’est pas termine et je dois encore me battre. Je suis alors la dernière française à jouer dans la salle. Le public m’encourage et je reviens alors dans la partie. Il y a de très longs échanges. Je sens la fatigue s’accumuler mais je ne lâche pas. Je recolle à 3-3, je prends les devants sur la belle, je me sens comme « poussée des ailes par le public », je fais des points magnifiques pour finalement m’imposer. Un sentiment de grande satisfaction et de joie me remplit à ce moment là. Je remercie le public pour le soutien. Si je viens de réaliser un très bon match, la compétition se poursuit et il est temps de me reposer car je joue à nouveau dès 12h45. Je vais dans la salle d’échauffement, j’écoute de la musique, je fais redescendre la pression.PAULINE_CHASSELIN_30

Il est 12h45, l’heure de mon 1/8e de finale. Je suis la dernière française en piste. Je joue sur la table n°1, devant beaucoup de spectateurs et face à la Chinoise WANG Manyu, championne du monde junior en titre. J’aborde ce match avec le plein de confiance grâce à la victoire du matin. J’y crois. J’avais réussi à inquiéter une autre joueuse chinoise par équipe. Je sais que j’ai un jeu, avec ma puissance et ma rotation, qui peut la gêner. Je crois en ma chance et je n’ai rien à perdre : je vais donc essayer de me lâcher. J’arrive à la mettre sous pression dès le début, je gagne le 1er set 11-8. Le 2e est serré, elle mène 10-6, je remonte à 10-9, elle prend un temps-mort : je sens qu’elle est sous pression. Je m’incline 11-9. Je suis en train de jouer mon meilleur ping je pense, mais je sais que cela ne va pas durer éternellement, je dois donc essayer de trouver d’autres solutions.

Je sors un peu du match avec la perte de 3e set, l’arbitre commence à me sanctionner pour mes services, je me déconcentre et la je sens que la fin du match m’échappe, elle reprend confiance et je perds 4-1 sur celle qui conservera son titre. Je termine avec quelques regrets car j’estime être sortie trop tôt du match et face à une telle joueuse, cela ne pardonne pas. J’ai eu la sensation d’avoir joué 3 sets supers, puis la machine s’est arrêtée. Je m’en veux d’avoir raté le coche sur le 2e set puis de m’être déconcentrée à cause des remarques sur mes services.

Je suis tout de même satisfaite, puisque 2-3 mois auparavant, j’avais la tête dans le sac ! La période d’entrainement que j’ai eue, m’a fait extrêmement de bien. J’ai réussi à inquiéter les joueuses chinoises. J’ai perdu seulement deux matches : face aux deux joueuses qui s’affrontent en finale du Championnat du monde. J’ai réussi à retrouver de la confiance avec des sensations et un niveau de jeu.

La compétition est désormais terminée pour moi et nous quitterons la Vendée le lundi Je profite de regarder les matches et de passer un peu de temps avec mes adversaires en juniors que je ne vais pas revoir prochainement car nous passons dans la catégorie senior. C’était cool de pouvoir partager ces derniers jours avec elles.

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires