Incontestablement la médaille de bronze remportée par l’équipe d’Angleterre est la surprise majeure du palmarès du dernier Championnat du monde par équipe disputé à Kuala Lumpur. Et même, dans l’histoire récente des compétitions internationales, ce résultat est phénoménal. Cette équipe d’Angleterre coachée par Alan Cooke s’est appuyée sur Liam Pitchford, seulement 22 ans, qui, s’il avait déjà réalisé des prouesses sur l’ITTF World Tour, a vraiment été brillant en Malaisie. Même dans la défaite face à des joueurs de haut niveau tels que l’Allemand Ruwen Filus ou le Japonais Jun Mizutani, il n’était pas loin de s’imposer. Pour le ButterflyMag, il revient sur son récent succès.

25434378381_69f64a0d22_k
Tout d’abord félicitations pour votre superbe parcours à Kuala Lumpur. Il s’agit du meilleur résultat d’une équipe britannique depuis les Championnats du monde 1993 ! Avec ton équipe, as-tu suivi une préparation particulière ?
Nous essayons de fonctionner, autant que possible comme une équipe, Paul (Drinkhall) et Alan (Cooke) nous ont rejoints, Sam Walker et moi-même, à Ochsenhausen en Allemagne pendant deux semaines en janvier dernier. Puis, avant de rejoindre la Malaisie, nous sommes allés nous entraîner à Singapour. Je pense que cela nous a vraiment permis de former une équipe soudée. L’entraînement n’était pas différent mais au fur et à mesure que la compétition se rapprochait, nous avons basculé dans la préparation des matches.

25556498935_07a7490242_kQuels étaient vos objectifs avant le début du tournoi ?
Notre objectif réaliste était de nous maintenir en 1e division. Nous savions qu’en évoluant à un très haut niveau, nous avions une chance de sortir de la poule mais jamais nous n’avons rêvé d’une médaille.

Selon toi, quelle a été la rencontre cruciale à Kuala Lumpur ?
Je dirais celle face à l’Allemagne. Si nous avions perdu, nous étions éliminés de la course aux huitièmes de finale. Pour nous offrir une chance de passer, nous devions tous jouer à un très haut niveau et avoir un coup de pouce de la Suède. On a su saisir l’opportunité.

25283099792_6cbcb7738b_bQuelle a été votre meilleure performance ?
Dans le quart de finale face à l’équipe de France, j’ai vraiment bien joué : je voyais la balle comme un ballon de football ! Produire un jeu d’un tel niveau au moment où l’équipe avait vraiment besoin de moi, est quelque chose de très spécial.

Vous avez perdu face à la France lors de la phase de poule et notamment ta défaite face à Emmanuel Lebesson. Quelles sont les clefs qui t’ont permis de le battre en quarts ?
Il était nécessaire que l’équipe réalise une meilleure performance lors de cette 2e rencontre. Pour ma part, je savais que je pouvais battre Lebesson d’autant que la pression reposait sur les Français. Avec mon coup droit, j’ai essayé de jouer plus de balles en ligne afin de l’empêcher de prendre le pivot, là où il m’avait dominé lors du 1e match. J’ai aussi pris l’ascendant dans le jeu court, ce qui m’a permis de gagner beaucoup de points « faciles ».

Les meilleurs moments de son match face à Emmanuel Lebesson en quarts de finale :

Et selon toi, quel a été ton plus mauvais match ?
Je ne peux pas dire que j’ai réalisé un mauvais match mais face à Ruwen Filus, lors de notre confrontation face à l’Allemagne, je me suis mis trop de pression. Il a vraiment joué de façon assez incroyable et de toutes les façons il m’aurait été difficile de le battre.

Quel matériel utilises-tu ?
Je joue avec un bois VISCARIA et TENERGY 05 des deux côtés.

As-tu ressenti récemment le besoin d’en changer ?
Non, cela fait maintenant un certain temps que je joue avec ce matériel qui me convient bien et je ne compte pas en changer. Avec ce bois et ces revêtements, j’ai assez de vitesse et de contrôle pour jouer le jeu qui me plaît. Lorsque j’ai changé mon matériel, je souhaitais plus de vitesse tout en conservant du contrôle. Je me suis rapproché des techniciens de Butterfly qui m’ont recommandé, en fonction de mon jeu et de mes attentes, d’essayer le bois VISCARIA.

25474793816_bff01acc51_kQuel est ton prochain objectif ?
L’objectif immédiat est la qualification aux Jeux Olympiques de 2016 à Rio. Le tournoi de qualification arrive bientôt (à Istanbul) et mon esprit est entièrement tourné vers cette échéance afin d’être dans la meilleure forme.

L’équipe d’Angleterre a effectué son retour en 1e division il y a seulement 2 ans. Maintenant que vous avez gagné une médaille lors de votre première tentative, comment voyez-vous l’avenir ?
Il y a encore un long chemin à parcourir, mais nous avons une jeune équipe et nous sommes tous affamés pour remporter désormais d’autres médailles. J’espère que nous serons maintenant des postulants réguliers pour le podium et, si nous avons pris confiance, nos adversaires seront sûrement plus méfiants.

En te retournant sur ce Championnat du monde, que penses-tu de l’évolution du tennis de table ?
Il est évident que la Chine possède encore une longueur d’avance sur tout le monde mais à part ça, je pense que nous avons vu maintenant que les autres nations rattrapent leur retard et sont capables de défier les plus grandes nations. Personnellement, je pense que le public a vu des matches incroyables et de haut niveau. Ce Mondial a été marqué par de grandes surprises, notre parcours bien sûr, la victoire de la Pologne sur le Portugal ou encore l’Allemagne qui n’accède pas au tableau final. La compétition a été passionnante et a proposé un meilleur spectacle pour le tennis de table.

Interview réalisée par Sebastien Hallen et adaptée en français par Hubert Guériau

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires