Christophe Legoût clôture notre série des « onze points ». Une nouvelle série d’interviews originales débutera à la rentrée de septembre avec toute l’équipe du Team Butterfly.

1) Pourquoi t’es tu engagé dans une carrière de haut niveau ?
En 1984, pendant les JO de Los Angeles, j’étais en vacances au Danemark avec mes parents et j’ai vu Carl Lewis remporter 4 médailles d’or avec son dossard 915… C’est lui qui m’a vraiment donné envie de faire du sport à haut niveau. 12 ans après à Atlanta, je défilais à côté de mon idole… Un rêve.

2) Quelle est ta compétition favorite ?
Celle qui m’a donné le plus d’émotions est la qualification olympique mais j’adore les Championnats de France qui représentent pour moi la grande fête du tennis de table.

3) Comment prépares-tu une compétition ?
En général je travaille mes services régulièrement parce que c’est un point essentiel de mon jeu. Le jour d’avant je refais toute ma gamme jusqu’à ce que je sois satisfait de mes différents placements.

4) Quel est, selon toi, ton meilleur coup technique ou schème de jeu ?
Je dirais que mon point fort est la façon dont je joue les points. Je fais en sorte de jouer la balle que l’autre n’attend pas, notamment sur les points qui durent.

Capture d’écran 2016-07-31 à 17.07.39

Christophe Legoût porte la nouvelle collection 2016. Photo Rémy Gros.

5) Quelles sont tes sensations avec la nouvelle balle ?
J’ai du mal à bloquer et à contrôler la balle mais ce n’est pas nouveau !

6) Quelle est ta pire défaite ? Et ta plus belle victoire ?
Mon pire souvenir c’est une défaite au Top 24 national junior où j’avais perdu sur Nicolas André, un copain de Talence, pour me qualifier aux CEJ. Mon plus beau souvenir reste ma qualification olympique à Nantes en 2008 pour tout un tas de raisons mais notre victoire par équipe en 1994 aux Championnats d’Europe a aussi une place à part dans ma mémoire.

7) Qui est ton adversaire favori ?
Je dirais Damien Eloi mais pas pour son système de jeu, juste parce qu’il se passe toujours quelque chose pendant ces matches auquel vous devez vous adapter vite, très vite.

8/ En moyenne, combien d’heures t’entraînes-tu par semaine ? Et en fonction des périodes ?
Aujourd’hui bien moins qu’avant. Je joue 4 fois par semaine plus le travail physique.

9) Si tu devais proposer à quelqu’un de débuter le ping, que mettrais-tu en avant ?
Sans hésiter l’extrême diversité de ce sport… Aussi bien sur le plan physique, technique que mental.

10) Quand tu vois un nouveau joueur arriver sur le circuit international ou dans le Championnat de France, que fais-tu ?
Je l’observe. Pas seulement sa technique ou son niveau de jeu mais aussi et surtout son comportement.

11) Si tu dois affronter un ami ou un joueur avec lequel tu as des atomes crochus, comment fais-tu pour le considérer comme un simple adversaire ?
Ce n’est pas facile surtout au début quand on est jeune. Avec le temps on apprend à faire abstraction de notre amitié le temps d’un match. Moi c’est un ami qui m’a donné la clé… Il venait de me voir perdre et rigoler après ma défaite avec mon copain qui venait de me battre. Il m’a dit : tu ne vois pas qu’il se moque de toi ! Il te bat et toi tu rigoles avec lui après… La prochaine fois, gagne et tu iras lui parler, tu verras, il n’aura pas la même réaction. Effectivement !!!


A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.