Jamais sacrés champions de France, les Romagnons ont embelli leur palmarès d’un superbe titre continental : la Coupe ETTU 2017. Dans un improbable derby à ce niveau, face à la Vaillante Angers, la Romagne a dominé de la tête et des épaules la finale avec deux succès incontestables : 3-0 à l’aller et 3-1 au retour ! Pour Butterfly, partenaire du club du Maine-et-Loire, c’est aussi la consécration d’un partenariat historique.

L’agglomération choletaise a vu fleurir une cinquantaine de sucettes Decaux pour célébrer le sacre européen de la Romagne. (Photo La Romagne).

La Romagne à pleines dents

Ce couronnement s’accompagne d’un reproche : en s’imposant 3 à 0 avec un seul set concédé lors du match aller dans leur salle de La Raquette, les Romagnons avaient tué tout suspense dès le match aller. Dès le premier match, le vendredi 5 mai, le ton était donné. Le Chinois Wei Shibao faisait plier le champion d’Europe en titre, Emmanuel Lebesson, par un 3-0 sans appel. Le Suédois d’Angers, Jon Persson, restait sur un succès face à Chen Tian Yuan, acquis lors de la phase aller de la Pro A. Cette fois le Chinois laissait filer un set mais offrait surtout un 2e point dans cette finale disputée à 100 à l’heure. Après la pause, Adrien Crisan, qui avait mis de longs mois à trouver ses repères lors de son arrivée dans les Pays de la Loire en 2015, parachevait la rencontre d’un cinglant 3/0 sur l’autre Suédois de la Vaillante Angers, Jens Lundquist. Une rencontre débutée à 19h30 et achevée dès 21h12 : un camouflet pour les joueurs de la métropole angevine repartis avant que la nuit ne soit tombée et sans le moindre espoir d’inverser le cours de cette finale.

Chen Tian Yuan, Wei Shibao et Adrian Crisan soulèvent le Coupe ETTU avec Fabrice Coutelleau (Photo La Romagne).

Une finale retour vite pliée

Rendez-vous était pris 7 jours plus tard pour la manche retour. Si le Palais des Sports d’Angers avait réussi le tour de force d’attirer un large public, les données n’avaient pas évolué. Les Romagnons devaient seulement remporter 2 sets pour s’adjuger le titre européen. Avec Chen Tian Yuan aligné d’entrée et concentré comme jamais, les Romagnons célébraient leur victoire, avant même la fin du premier match. Victorieux 3/1 de Jens Lundquist, l’homme fort de la Romagne, Chen Tian Yuan offrait la coupe d’Europe à l’issue de cet incroyable derby. Tout un symbole des coups gagnants de ce gros bourg de 1900 habitants. L’arrivée de Wei Shibao en janvier dernier a plus que renforcée cette équipe devenue l’une des formations les plus solides de l’hexagone. Le recrutement est la véritable marque de fabrique d’un club où les joueurs sont tenus de s’entraîner au quotidien dans la salle de la Stella.

Guy Soulard et Odile Brun, qui partagent la présidence du club, pouvaient aussi exulter. Un duo mixte singulier à la tête d’une association sportive et qui a su convaincre Gilles Bourdouleix, député Maire de la sous-préfecture choletaise, de soutenir la Stella Romagne. La Métropole choletaise a vu fleurir une cinquantaine de sucettes Decaux pour célébrer le sacre européen de la Romagne. Une action gratifiante pour un sport qui est souvent confiné dans les pages intérieures de la presse régionale. Les médias locaux ont massivement suivi la campagne européenne et donné un écho considérable à la performance des pongistes.

Fabrice Coutelleau : C’était étrange de soulever la Coupe à Angers

« C’est une grosse récompense pour le travail accompli, apprécie Fabrice Coutelleau qui a conduit la Stella Romagne au sacre continental. Une finale européenne est un combat à part entière. Lors de la rencontre aller, nous avons réalisé une prestation parfaite. » Avec un seul set concédé, le risque de décompression était réel avant d’effectuer le plus court déplacement de l’année, à Angers. « Nous étions conscients que ce n’était pas gagné. Mais nous avions un match pour le titre entre les deux manches de la finale. » La réception des Chartrains mobilisait toutes les énergies mais le trio Wei-Chan-Crisan voyait le titre national s’envoler (0-3). Avec une telle équipe, le club romagnon sera un prétendant légitime pour le titre lors des prochaines saisons. « C’est du jamais vu à un tel niveau : jamais deux clubs d’un même département ne s’étaient affrontés en finale européenne. » Pour les vaincus, la déception est d’autant plus terrible car la joie voisine est visible et bruyante. « C’était étrange de soulever la Coupe à Angers, ne pavoise pas Fabrice Coutolleau qui avec son collègue Cyril Ciaudo a contribué au développement le club phare de la Romagne. « Ce succès nous a offert une large reconnaissance. C’est gratifiant et j’espère que cela va nous offrir de nouvelles perspectives. »


Finale retour : Angers – La Romagne : 1 – 3

Jens Lundquist – Chen Tianyuan : 1/3
Emmanuel Lebesson – Wei Shihao : 0/3
Jon Persson – Adrian Crisan : 3/2
Christophe Legout – Wei Shihao : 0/3

Finale aller : La Romagne – Angers : 3-0

Wei Shihao – Emmanuel Lebesson : 3/0
Chen Tianyuan
– Jon Persson : 3/1
Adrian Crisan
– Jens Lundquist : 3/0

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.