La légende allemande de Butterfly, Timo Boll, a prouvé que son récent retour dans le top 5 mondial n’était pas un hasard. Lors de la coupe du monde ITTF 2017 disputée à Liège, il a éliminé à lui seul l’intégralité de l’équipe nationale chinoise. Deux semaines plus tard, lors de l’étape allemande du World Tour disputée à Magdeburg, il s’est encore hissé en finale. Impressionnant.

Du 20 au 22 octobre 2017, Liège accueillait pour la 3e fois la coupe du monde. Organisée par Philippe Saive, cette compétition est certes moins dense qu’un championnat du monde mais elle suscite toujours autant les convoitises de l’élite mondiale. Pour Timo Boll, Liège apparaissait déjà à deux reprises dans son immense palmarès. Deux fois déjà en finale de la coupe du monde, il avait défié le Chinois Wang Hao avec, à la clef, un partage des points. En 2005, le gaucher remportait sa 2e coupe du monde, trois ans après son premier succès à Jinan, face à Kong Linghui. En 2008, toujours à Liège, Wang Hao privait l’Allemand d’une deuxième victoire en reprenant une éclatante revanche. Pour cette édition 2017, avouons-le, personne ne pensait sérieusement que Timo était capable de disputer une 3e finale dans la ville qui a vu grandir Jean-Michel Saive.

7 balles de match sauvées en quarts

Le numéro 5 mondial effectue son entrée au stade des 16e de finale, face au Brésilien Gustavo Tsuboi, pour un succès aisé (4/0). Le match suivant oppose le meilleur joueur allemand de l’histoire face au Chinois Lin Gaoyuan, considéré comme le plus grand espoir de la Chine. Une impression confirmée d’entrée avec 2 sets d’avance pour le Chinois et bientôt 3/1. L’élimination de Timo Boll sera bientôt effective sans que personne ne s‘en émeuve. Une défaite programmée et logique. Mais en ce samedi après-midi automnal, devant la foule compacte de ce palais des sports planté à l’entrée de Liège, Timo Boll refait son retard. Il grignote 2 sets pour s’offrir une manche décisive. Lin Gaoyuan démarre bien mieux ce 7ème set pour mener 10-4. L’impensable se produit alors : Boll sauve 6 balles de match pour revenir à 10-10. L’Allemand ajoute encore à ce scénario improbable en perdant le point suivant : nouvelle balle de match pour le Chinois. Encore sauvée. Finalement, Timo Boll, incrédule, s’impose 13-11 pour filer en demies.

Revoir le best-of du quart de finale de la Coupe du monde :

Le dernier carré est surprenant avec d’un côté Dimitrij Ovtcharov et Simon Gauzy et, de l’autre côté, Timo Boll face au meilleur joueur du monde, Ma Long. Le scénario est quasiment identique : le champion du monde et olympique mène 3/1 et semble filer tranquillement vers la finale. Mais Timo Boll, soutenu par ses supporters venus en voisins, refait son retard et s’offre à nouveau une manche décisive. Cette fois, la belle est équilibrée et c’est même l’Allemand qui s’offre les premières balles de match (10-8) avant de conclure la demie 12/10 ! Après Lin Gaoyuan, c’est Ma Long qui est tombé sous les coups du métronome Boll et son bandeau porte-bonheur. Incroyable.

Revoir le best-of de la demi-finale de la Coupe du monde :

« Je ne sais pas quoi dire… Oui c’était un match de folie car être mené 3 sets à 1 par un joueur comme Ma Long… Lorsque j’étais mené, j’étais en réalité plus cool et j’ai essayé d’apprécier le jeu, racontait le champion allemand au micro de l’ITTF. Je dois aussi remercier les fans pour leur soutien. Aujourd’hui j’avais un bon feeling et, face à un tel joueur, c’était bien utile. Franchement, je n’en reviens pas : je ne pensais pas être capable, à 36 ans, de réaliser une telle performance. Je prends beaucoup du plaisir à jouer. »

Une victoire qui envoyait Timo Boll disputer sa 5e finale de la coupe du monde. Un record pour un pongiste européen et la seconde fois (depuis 1983 et la victoire d’Appelgren sur Waldner) de l’histoire que deux compatriote européens allaient batailler pour la couronne dorée. Dimitrij Ovtcharov en profitait pour décrocher sa première victoire, cinq ans après avoir remporté le bronze olympique. Deux semaines plus tard, les deux hommes s’affrontaient encore, dans un remake sensationnel, en finale de l’open d’Allemagne, à Magdebourg. Timo Boll s’inclinait une 2e fois mais c’est bien lui qui s’est attribué ces dernières semaines la sympathie, la reconnaissance et le respect éternel de la planète ping. Timo Boll a changé de catégorie : il est entré vivant dans le panthéon du ping.

A propos de l'auteur

Hubert

He recently joined the Butterfly France team. Hubert, in addition to following high level table tennis for many years (and playing himself), as a journalist, he creates a lot of content. He is now the chief editor for Butterfly Mag. He is also the communication manager for Butterfly in France.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.